Société

Le Conseil National des Droits de l’Homme plaide pour un nouveau contrat social

Le dernier mémorandum du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) s’inscrit en particulier dans le processus national de réflexion et de débat, engagé depuis la création de la Commission spéciale chargée du nouveau modèle de développement.


Reprenant l’esprit et la lettre de la Constitution de 2011, le CNDH place la garantie de l’effectivité des droits humains au centre du nouveau contrat social.

Néanmoins, le CNDH se situe d’abord concrètement, dans le contexte de la crise sanitaire. Loin d’être perçue uniquement dans ses effets négatifs, cette crise liée à la pandémie de Covid-19 peut devenir une opportunité pour entamer la « construction d’un nouveau Maroc ». De ce fait, le CNDH fait bien la distinction entre le conjoncturel et le structurel. Le premier a surtout été révélateur du second. D’où l’urgence d’une « révision en profondeur des choix de l’État ». Le CNDH adopte une conception globale et universaliste des droits humains. En effet, pain, liberté et responsabilité sont inséparables. La lutte contre la pauvreté passe par le renforcement de la démocratie et de la justice sociale.

Lire aussi | Récolte agricole : les agriculteurs français inquiets de l’absence des saisonniers marocains

La pauvreté est un phénomène social global, non limité à ses aspects matériels. Le CNDH appelle les pouvoirs publics à revoir les priorités en matière de développement : «  les choix (officiels) de développement doivent être basés sur le postulat que la pauvreté constitue une violation d’un droit humain de base ». Actuellement, la solidarité est confondue avec la charité. Il est nécessaire d’adopter une nouvelle logique rompant avec l’assistanat et d’évoluer vers l’émergence d’une nouvelle conception favorable au développement des capacités et de la responsabilité des personnes, ainsi qu’à leur épanouissement culturel et politique. Apprendre à marcher seul et à assumer leur responsabilité, tel semble être le message principal du mémorandum du CNDH, message partagé avec de nombreuses ONG des droits humains qui ont déjà eu l’occasion de s’exprimer publiquement.

Lire aussi | Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s’exprimer

À cet égard, deux secteurs stratégiques nécessitent une mise à niveau urgente : l’enseignement et la santé. D’après le CNDH, la priorisation de ces deux domaines dans le nouveau modèle de développement devra avoir inéluctablement un impact positif sur les autres droits humains, et permettra à terme la réduction des inégalités sociales et territoriales, tout en favorisant une meilleure qualité de vie aux citoyens.

 
Article précédent

Royal Air Maroc reconduit les vols spéciaux jusqu'au 10 septembre

Article suivant

Suivez le LIVE de l’émission "Al Moukawil" de MFM Radio