Flash-ecoMaritime

Le constructeur naval Piriou s’installe au Maroc

Quelques mois après avoir livré, pour la première fois au Maroc, un navire dernier cri de cartographie maritime destiné à la Marine Royale, le français Piriou franchit une nouvelle étape dans sa conquête du marché marocain.


En effet, ce groupe qui a donc livré ce bâtiment multi-missions de 72 mètres commandé en 2016 par l’armée marocaine vient de créer une filiale basée à Casablanca. Cette dernière aura, dans un premier temps, une mission purement commerciale en plus d’assurer la maintenance des navires sortis des chantiers navals du groupe et battant pavillon marocain. Selon des sources proches du dossier, le groupe basé à Concarneau en Bretagne (nord-ouest de la France) et spécialisé dans la construction et réparation navale de navires de taille moyenne étudie en parallèle la possibilité que Piriou Maroc puisse évoluer à moyen terme vers la construction et la réparation de navires en mettant en place le troisième site de production après celui du Nigéria inauguré en 2004 et du Sénégal toujours en chantier.

Rappelons que depuis sa création en 1965, Piriou a déjà livré dans 26 pays plus de 400 navires (de tailles diverses allant de 20 à 120 m) et à usages différents (pêche, offshore pétrolier, remorquage, océanographie…). Outre ses sites historiques français en Bretagne et ses chantiers africains, le groupe familial contrôlé par la famille Piriou est également présent en Asie à travers Piriou Viêt Nam. Ayant de fortes ambitions à l’international, Piriou a déjà accueilli dans son tour de table plus d’un fonds d’investissement. Les derniers en date qui sont venus accompagner en 2013 la famille fondatrice dans un nouveau cycle de croissance ne sont autres que Arkéa Capital Investissement du groupe Crédit Mutuel Arkéa et Société Générale Capital Partenaires. Le chiffre d’affaires devrait pour sa part dépasser la barre de 250 millions d’euros (2,75 milliards de DH) à horizon 2020.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Challenge #669

Article suivant

Digitalisation : où en sont les grands ports ?