Economie

Le Consul Vladimir Baikov dresse son bilan

Les relations marocco-russes remontent à l’indépendance lorsque l’URSS a été le premier pays à reconnaître la souveraineté du Maroc. 


Au terme de sa mission au Maroc, le consul Général à Casablanca de la Fédération de Russie, Vladimir Baikov, s’apprête à quitter notre pays. L’occasion de dresser un bilan de son action. En fait, il laisse derrière lui, un héritage, qui ne s’est pas toujours limité  aux affaires consulaires classiques. Un exemple s’il en faut? Lorsque la ligne aérienne de la RAM reliant  Moscou et Casablanca a été mise en place, l’accord aérien entre les deux pays n’était  pas encore ratifié. Qu’à cela ne tienne. Le consul s’est chargé, le temps qu’il fallait, de délivrer les visas nécessaires aux équipages et assurer la liaison établie entre les deux pays et dont le but est justement de favoriser les relations bilatérales. En attendant, l’accord n’est toujours pas signé, mais là, cela ne dépend pas de la représentation consulaire. 

Pour fortifier sa présence consulaire au Maroc, la Fédération de Russie a nommé deux consuls honoraires. Le premier, installé  à Agadir, gère depuis sa résidence les relations avec les responsables administratifs de la ville ainsi que les différents problèmes que les nombreux touristes Russes en visite au Maroc peuvent rencontrer. Un deuxième Consul Honoraire a été nommé récemment, à Marrakech. Par cette initiative, SE Baikov espère faciliter les démarches que des ressortissants de son pays auraient à entreprendre auprès des autorités locales. Les touristes russes qui visitent annuellement notre pays sont estimés à 30 000. On s’attend à ce que ce nombre augmente sensiblement pour se situer à  50 000 en 2013.  “L’une des actions dont nous sommes fiers est le jumelage de Mohammedia avec Noguïnsk dans la région de Moscou”, explique le Consul, soulignant l’apport du député Maire de la ville, M. Mohamed Mfadel. Dans ce cadre, le Maroc et la Russie , veillent ensemble à  tout faire pour raffermir les échanges bilatéraux.  L’organisation de voyages d’enfants entre les  deux pays, est dans ce sens un exemple, parmi d’autres. Dans un autre domaine, l’ouverture du  marché Russe du halal à des opérateurs économiques tels que Sapak (Koutoubia) est une autre initiative positive“ La Russie compte 20 millions de consommateurs musulmans. C’est un marché prometteur”, note M .le Consul, au cours de notre entretien. 

Vladimir Baikov, Consul général à Casablanca de la Fédération de Russie.

La culture pour raffermir les relations 

Dans les faits, la population russe au Maroc reste modeste. Elle compte 900 ressortissants immatriculés à Casablanca, dont les deux tiers sont des épouses de marocains avec leurs enfants. A Rabat, ils seraient 600 au service consulaire de l’Ambassade. Mais au total, on estime que le Maroc compterait quelques 3000 russes installés. La Russie a attiré depuis longtemps des étudiants marocains qu’on estime actuellement à 3000 en cours d’études ; plus spécifiquement en pharmacie et en ingénierie. Les diplômés des universités russes seraient environ une dizaine de milliers. En somme, une présence humaine et un courant d’échanges universitaires non négligeables. 

Mais l’économie fait également partie de l’action consulaire de SE Baikov. Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc, GPBM a reçu des délégations d’hommes d’affaires russes en visite d’exploration dans le Royaume. Les caravanes Maroc Export, intéressées par le marché russe bénéficient du soutien du Consulat pour faciliter la mise en relation entre les opérateurs des deux pays. Sur le plan global, la balance des échanges économiques, reste largement bénéficiaire  au profit de la Russie. Cette dernière fournit au Maroc, principalement des produits pétroliers, lorsque les exportations  marocaines se résument à des agrumes et des fruits de mer. Les exportations Russes vers notre pays représentent 2,1 milliards de dollars, alors que la valeur des exportations  marocaines est estimée à 0,4 milliard. 

Reste que l’héritage de SE Vladimir Baikov couvre les différentes facettes d’une action qui déborde sur le contexte strictement consulaire. En tout cas, un exemple de relations bilatérales harmonieuses. Au revoir et bon vent M. Le Consul Général. 

 
Article précédent

Sindibad : le projet résidentiel sur les rails

Article suivant

La nutrithérapie, la médecine du 3ème millénaire