Santé

Le coronavirus peut survivre jusqu’à 28 jours sur des surfaces [Étude]

Utiliser votre téléphone, ouvrir les portes… Il y a plusieurs surfaces que vous touchez sans y penser à deux fois. Le coronavirus peut, au frais et à l’ombre, survivre 28 jours sur des surfaces telles que des téléphones et billets de banque, selon une étude des chercheurs du département de prévention des maladies au sein de l’Agence scientifique nationale australienne (CSIRO).


L’expérience a été menée à trois températures différentes, 200 °C, 300 °C et 400 °C, avec une humidité relative maintenue à 50%. Les chercheurs ont constaté que plus les températures sont chaudes et plus le taux de survie du SARS-CoV-2 diminue. Ils ont découvert ainsi qu’à 20 degrés Celsius, le virus est « extrêmement résistant » sur des surfaces lisses, comme des écrans de téléphone. Il peut survivre 28 jours sur du verre, de l’acier et des billets en polymères. À 30 degrés, ce taux de survie tombe à 7 jours et, à 40 degrés, il n’est plus que de 24 heures. « La durée de la survie et de la contagiosité dépend du type de virus, de la quantité, de la surface, des conditions de l’environnement et de la manière dont il a été déposé ; par exemple par contact ou par gouttelettes émises en toussant », précise le docteur Trevor Drew, l’un des membres de l’équipe.

Lire aussi | Crise du Covid-19 : Al Amana Microfinance durement touchée à fin juillet 2020

Pour autant, « Cela ne signifie pas que cette quantité de virus pourrait infecter quelqu’un », a-t-il souligné sur la chaîne publique ABC. Cependant, si une personne « peu soigneuse avec ces matériaux les touchait, puis léchait vos mains ou touchait vos yeux ou votre nez, vous pourriez être infecté plus de deux semaines après sa contamination » poursuit-il.

La durée de survie du virus responsable du Covid-19 varie en fonction des surfaces et de la température.

Selon la CSIRO, le virus se propagerait essentiellement dans l’air mais d’autres recherches sont nécessaires pour mieux comprendre son mode de transmission par les surfaces. Trevor Drew a rappelé que le principal message est que « les personnes contaminées sont beaucoup plus contagieuses que les surfaces. Cela peut néanmoins aider à expliquer pourquoi, même lorsqu’il n’y a plus de personnes contagieuses, il arrive que [l’épidémie] revienne même si le pays est considéré comme exempt de virus ».

Lire aussi | Très lourde perte pour la Banque Populaire Fès-Meknès

 
Article précédent

Le groupe français Nexira débarque au Maroc

Article suivant

Restrictions de voyage : l'UE adopte des critères communs