Entreprises & Marchés

Le CTPES initie les petits entrepreneurs au business


Entrepreneuriat. Depuis sa création en janvier 2015, cet organisme s’est fixé l’objectif de lutter contre le chômage des jeunes, en encourageant l’auto-entreprenariat, à travers ses actions. Le Centre des très petites entreprises solidaires (CTPES) accompagne actuellement une quarantaine de jeunes, qu’il aide à créer leur propre TPE, en mettant à leur disposition tous les outils nécessaires : formation, accompagnement financier…par R.A.

Le centre des très petites entreprises solidaires (CTPES) a organisé du 4 au 7 juin, ses journées portes ouvertes à Casablanca. L’occasion pour cet organisme relevant de la Fondation Mohammed VI de créer le contact entre le monde professionnel et les très petites entreprises domiciliées au centre, afin de permettre un partage d’expériences. Chefs d’entreprises, cadres du secteur bancaire, institutionnels, ils ont été nombreux à répondre présent à l’appel du CTPES. A travers des panels et des ateliers de travail, ces derniers ont livré divers conseils à de jeunes entrepreneurs avides d’expériences. «Ces journées portes ouvertes m’ont permis d’acquérir certaines notions que je n’avais pas encore, notamment sur la manière dont il faut présenter certains dossiers pour gagner un appel d’offre ou pour bénéficier d’un financement auprès d’une banque», témoigne un des participants dont la petite entreprise est domiciliée au sein du Centre des très petites entreprises solidaires. Même son de cloche pour Mohamed Krati aussi, qui vient de monter son cabinet fiduciaire grâce à l’appui du centre. «Les chefs d’entreprises et institutionnels, venus dans le cadre de cet événement, nous ont donné une mine d’informations.
Les jeunes entrepreneurs que nous sommes, avions besoins de cela pour mieux nous préparer pour l’avenir », souligne-t-il. Il faut dire que les discussions étaient vraiment riches pendant ces quatre jours de rencontre. Différentes thématiques liées au monde des affaires ont été abordées par les intervenants, parmi lesquels des représentants du secteur bancaire, de l’AMITH (Textile-Habillement), de la FNBTP (Bâtiment Travaux Publics), de l’ANPME etc. Ainsi, Abderrahim Akesbi, Directeur Général adjoint de l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME), a saisi l’occasion pour présenter aux jeunes entrepreneurs, les différents outils d’accompagnement financier et autres, que son institution peut apporter pour appuyer le développement des TPE.

Donner un coup de pouce à l’auto-emploi

Pour l’expert en marché public, Abderrahim Rouanak, venu partager son expérience avec les jeunes du CTPES, un accent particulier doit être mis sur la formation. «Le système au niveau des marchés publics est assez complexe, et donc il est nécessaire de subir une formation pour être mieux aguerri à gagner des appels d’offre dans ce sens. Il faut connaître ses droits et ses obligations, cela veut dire qu’il faut lire les textes sur les marchés publics. Ces petites structures doivent savoir qu’elles ont la possibilité d’accéder à ces marchés», précise l’expert.
Lancé il y a tout juste cinq mois, le centre des très petites entreprises solidaires est déjà très actif sur le terrain. Sa mission, comme l’explique Naima Sahil, directrice du CTPES, est de donner une chance aux jeunes pour créer leur entreprise. Les actions du centre visent donc à inculquer l’esprit de l’auto-entreprenariat aux jeunes, et par ricochet, encourager l’auto-emploi. L’organisme regroupe en son sein une kyrielle de filières (surveillance électronique, cuir, immobilier, services, ferronnerie, etc) dans lesquelles ses bénéficiaires sont formés. Comment y accéder? La sélection de ces jeunes se fait par une commission qui choisit les candidats devant bénéficier des actions du centre sur un certain nombre de critères (âge entre 23 ans et 32 ans, type d’activités…).
Dans un premier temps, le centre souhaite se focaliser sur les lauréats de l’OFPPT (Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail). Depuis le début de l’année, 40 jeunes ont été sélectionnés pour bénéficier d’une formation de 18 mois (coaching, élaboration de business-plan, gestion et gouvernance d’une entreprise, vulgarisation des techniques comptables et financières, etc). Une fois cette phase passée, le centre aide les jeunes à concrétiser leurs projets en mettant à leur disposition tout le dispositif d’accompagnement nécessaire (Fonds de roulement, achat de matériels, etc).

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Essai Renault Kadjar : Un crossover aux grandes ambitions

Article suivant

Marks & Spencer renégocie son retour au Maroc