Maritime

Le danois Svitzer se prépare au démarrage de Tanger Med II

Un an et demi après avoir pris pied au Maroc à l’occasion d’un gros contrat décroché avec Tanger Med, le groupe danois Svitzer vient d’injecter 5,7 millions d’euros (près de 63 millions de DH) dans sa filiale marocaine Svitzer Tanger Med, ce qui porte son capital à 6,7 millions d’euros (73,7 millions de DH).


Cette recapitalisation vient compléter le financement mis en place par ce groupe spécialisé dans le remorquage, les opérations de sauvetage et autres formes de soutien au large des mers afin de faire face à son investissement dans quatre navires de remorquage dont la livraison est imminente par les chantiers navals du turc Sanmar auprès duquel il s’est tourné pour honorer ses engagements vis-à-vis de de Tanger Med. Baptisés Tanger, Tétouan, Al Hoceïma et Chefchaouen, ces remorqueurs hors normes (29,4 mètres de long et 13 de large) auront pour rôle d’assurer l’assistance et le remorquage aux porte-conteneurs devant accoster au port Tanger Med II dès le mois de janvier, date du démarrage de l’exploitation de ce port. Rappelons qu’en mai 2017, Tanger Med avait accordé au groupe Svitzer une concession de 20 ans pour assurer le remorquage et l’assistance maritime dans le port Tanger Med II à l’issue d’un appel d’offres international.

À noter que Svitzer est présent dans plus de 100 ports à travers le monde où il emploie plus de 4 000 personnes. Sa flotte consiste en plus de 500 navires dont environ 350 remorqueurs, 35 navires de secours et 145 autres navires. Svitzer fait partie du géant danois Maersk, actionnaire de référence d’APM Terminals, opérateur qui sera également présent à TangerMed II puisqu’il y assurera la gestion du premier terminal à conteneurs. Au port Tanger Med I (inauguré il y a plus de 10 ans déjà), la concession de remorquage avait été attribuée à Les Abeilles International (groupe Bourbon maritime) rachetée par le groupe international Boluda en décembre 2007.

 
Article précédent

SM le roi invite l'Algérie au dialogue direct

Article suivant

Que prévoit le PLF pour améliorer le cadre juridique des affaires ?