Blog de Jamal Berraoui

Le feuilleton du Ramadan

Par la malice du hasard, chaque Ramadan nous offre un feuilleton dans l’actualité, soit judiciaire, soit politique et ce depuis longtemps, tellement régulièrement que les tenants de la thèse du complot permanent, ont décidé que c’était voulu.


C’est l’implosion, cette fois effective, de la majorité qui en constitue l’affiche. Le casting est composé d’acteurs connus pour leurs multiples participations à des comédies controversées à faible succès populaire.

Mais certains analystes ne le voient pas comme ça. Dans le cadre de la promotion du feuilleton, ils ont inventé une théorie qui en fait un phénomène planétaire. Ils nous expliquent que l’Occident et Israël, bien sûr, ont décidé de virer les Islamistes du pouvoir dans tout le monde Arabe. Ils ont commencé par le changement au Qatar, l’ancien Emir étant le sponsor des frères musulmans. Le flot de devises s’est donc arrêté. Ensuite, ils ont entamé leur opération reconquête, en commençant par l’Egypte. Le PJD serait donc victime de ce plan diabolique, contre les printemps arabes.

Cela ne résiste pas à la simple chronologie. La guerre Istiqlal – PJD a été entamée il y a un an, alors même que Morsi était plébiscité par toutes les capitales occidentales. Israël et Washington n’ont pas la même appréciation sur l’arrivée au pouvoir des Islamistes et ne cachent pas leurs divergences. Enfin, le PJD ne dirige pas un gouvernement monolithique issu d’une révolution. Ces arguments n’y changeront rien, la théorie du complot animera les soirées ramadaniennes, parce qu’aussi raseuse qu’elle soit, elle a quand même plus de « gueule » que la réalité, celle d’une vie politique où le débat public est au ras des pâquerettes, les « zaïms » des incultes notoires sans autre qualité que celle de pouvoir tenir un micro pendant des heures et où le militantisme n’est plus que l’habit qui recouvre la volonté d’ascension sociale.

Mais je vous promets que tel que c’est parti on va bien s’amuser. Il suffit d’oublier qu’il s’agit de la gestion du pays à un moment crucial et de prendre les choses avec le parti d’en rire. Vous allez voir que les tractations vont être ardues, non pas par rapport au programme gouvernemental, qui n’engage personne, mais pour les places. Comme d’habitude, il y aura la lutte entre les personnes, les ministrables. Et vous verrez celui que l’on a annoncé comme un spécialiste de l’énergie, acceptera l’artisanat, puisque c’est le même salaire et la même voiture. Les partis se battront pour les ministères porteurs électoralement, en particulier celui de l’équipement. Ce sont aussi les plus « juteux », mais ne faisons pas de procès d’intention. Les réformes de la fiscalité, de la caisse de compensation, des retraites ne doivent pas vous gâcher votre plaisir. Ce feuilleton est tout de même mieux réussi que les sitcoms de nos télés. On nous présentait le PJD comme un ogre dangereux, c’est finalement un acteur comique doué, qui a sa place dans la troupe des incrédibles, dont le but ultime et de chasser les derniers électeurs.

 
Article précédent

Pas de bonbonnes de gaz durant le Ramadan ?

Article suivant

Le FMI abaisse sa prévision de croissance mondiale