Economie

Le fixe reste très cher


 A cause d’un taux de TVA plus élevé au Maroc que dans le reste des pays arabes, le Maroc présente des prix supérieurs à la moyenne. 

Publié la semaine dernière, le nouveau rapport de l’Arab Advisors Group s’est penché sur les tarifs de 29 opérateurs de téléphonie fixe dans 19 pays arabes. 10 pays taxent les ventes sur les services de téléphonie fixe. Il s’agit principalement de la TVA, payée par l’utilisateur final, c’est-à-dire l’appelant. Le Maroc a la taxe la plus élevée sur les services de téléphonie fixe dans la région, suivie par la Mauritanie et la Tunisie.

Néanmoins, il est important de noter que cette TVA qui prend la forme d’une TVA au Maroc et dans certains autres pays est déductible chez les utilisateurs situés dans le territoire national et ayant une activité commerciale. En effet, pour les ménages, la TVA est effectivement une taxe supportée par le budget. Même si le rapport focalise uniquement sur le téléphone fixe, le mobile également est soumis à la même règle. Par ailleurs, il est important de préciser que cette taxe est supportée sur l’ensemble des appels internationaux, sans possibilité de déduction d’aucune sorte. Ainsi, à titre d’exemple, une entreprise française, espagnole ou américaine supporte, via le tarif fixé par son opérateur, la TVA marocaine. En effet, étant donné que la communication est consommée localement au Maroc, elle ne peut être exonérée.

En revanche, ce que ne précise pas le rapport, c’est que pour les appels émis à partir du Maroc vers l’étranger, les entreprises telles que les call-centers ne supportent pas la TVA. Dans ce cas, il s’agit effectivement d’une exportation d’un service dont le consommateur final est situé hors du territoire national. C’est ce qui permet de ne pas fausser le jeu de la concurrence concernant les services d’offshoring par rapport à des pays comme la Tunisie qui ont un taux de TVA légèrement inférieur.

Au-delà des aspects fiscaux, le rapport s’est également penché sur les tarifs globaux du fixe. Là également, il est étonnant de trouver le Maroc parmi les pays les plus chers, même s’il n’occupe pas la première place. En effet, «l’analyse des tarifs du fixe dans le monde arabe a révélé que les tarifs de la minute post-payée sont supérieurs à la moyenne régionale dans sept pays : Mauritanie, Maroc, Algérie, Liban, Oman, la Tunisie et la Jordanie», souligne Zaid Abawi, analyste Senior du groupe de recherche de l’Arab Advisors Group. 

Pis encore, la Mauritanie et le Maroc sont les derniers de la classe avec des tarifs dans les heures de pointe largement supérieurs à la moyenne, alors que le Soudan peut se prévaloir des prix les plus faibles de la sous-région. 

Maroc Telecom pointé du doigt, mais aussi Méditel et Wana

Au Maroc, quand on parle de téléphonie fixe, les yeux sont tournés vers Maroc Télécom, mais pour ce rapport ce n’est pas le seul opérateur passé en revue. Méditel et Wana sont également cités, comme d’ailleurs 26 autres opérateurs de téléphonie fixe dans les 19 pays arabes de la sous-région.

«En juin 2013, treize des dix-neuf pays ont libéralisé leur secteur de la téléphonie fixe dans le monde arabe. Parmi ces treize, les marchés du Bahreïn, de l’Irak, de la Jordanie, le Maroc et l’Arabie saoudite sont complètement ouverts. Alors que la Tunisie, l’Algérie, la Libye, la Mauritanie, Oman, Qatar, le Soudan et les Emirats Arabes Unis sont dans une situation de duopole. Les six pays restants, à savoir: l’Egypte, le Koweït, le Liban, la Palestine, la Syrie et le Yémen n’ont pas encore libéralisé leurs marchés de la téléphonie fixe en Juin 2013», ajoute Abawi. 

 
Article précédent

La sidérurgie mondiale, malade de ses surcapacités

Article suivant

Tecnocasa vise 250 opérations en 2014