Economie

Le FMI analyse le Maroc et son économie

Un rapport du Fonds Monétaire International, publié ce 16 juillet dernier, dévoile initialement dans son examen annuel de l’économie que le Maroc devrait principalement s’orienter vers « un modèle de croissance plus inclusive », tout en « réduisant les inégalités ».


Le rapport du FMI met en exergue le progrès du Royaume qui a renforcé son économie en diminuant le pourcentage de la pauvreté et en améliorant le climat des affaires et son économie se diversifie généralement. L’organisme financier suggère qu’une forte croissance sera bel et bien requise au cours de cette année, car celle à 3% récoltée en 2018, n’a pas été suffisamment robuste et le chômage reste élevé, en vue de créer davantage d’emplois, particulièrement pour les jeunes et les femmes et ce, malgré une gestion budgétaire améliorée et une diversification économique qui ont renforcé la résilience de l’économie marocaine au cours des dernières années.

Lire aussi : Le FMI maintient ses prévisions de croissance du Maroc à 3,2% en 2019

Le Fonds voudrait que le Maroc prenne en charge les principales priorités qui comprennent l’amélioration de la qualité du système éducatif, la participation des femmes au marché du travail et le climat des affaires. Hormis le fait que les perspectives à moyen terme du Maroc restent favorables, avec une croissance attendue de 4,5% à l’horizon 2024, celles-ci restent soumises à des risques internes et externes importants, genre retard dans la mise en œuvre des réformes, une croissance plus faible dans les principaux pays partenaires (notamment zone euro), la hausse des prix du pétrole, les risques géopolitiques et la volatilité des conditions financières, a indiqué le rapport.

Rappelons que depuis 2012, le Fonds Monétaire International collabore activement avec le Maroc dans le cadre de quatre accords de garantie de liquidité (PLL) d’une durée de deux ans, dont le dernier a été approuvé en décembre 2018.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard

Article suivant

Elle fait l'actu : Malika El Younsi, directrice juridique d'Attijariwafa bank