Agroalimentaire

Le fonds arabe AAAID lorgne le secteur du lait et dérivés au Maroc

Après la pierre, la terre serait-elle en train de devenir la principale cible des investisseurs arabes au Maroc ? En effet, si les investisseurs du Moyen-Orient qui ont jeté leur dévolu sur le Maroc au cours de la décennie 2005-2015 se comptaient principalement parmi les mastodontes de la promotion immobilière (Sama Dubai, Emaar Properties, Damac Properties, Eagle Hills, Qatari Diar…), l’agriculture s’érige de plus en plus comme un secteur de prédilection pour les IDE (investissements directs étrangers) reçus par le Maroc de la part des autres pays arabes.


Aussi, dans la foulée de l’arrivée des deux groupes émiratis Al Dahra Holding et Elite Agro, qui ont investi plusieurs centaines de millions de DH au cours des dernières années, notamment dans l’arboriculture, l’Arab Authority for Agricultural Investment and Development (AAAID) souhaite consolider sa présence.

Lire aussi | France. Les tests PCR et antigéniques désormais payants pour les touristes étrangers

En effet, après avoir investi dans Domaine Youssef, un projet de mise en valeur des fruits et légumes dans la région de Meknès, ainsi que dans deux entités du groupe Orbis, ce fonds panarabe de 1,1 milliard de dollars (près de 10 milliards de DH), créé en 1976 par les membres de la Ligue Arabe, s’apprête à investir plusieurs dizaines de millions de dirhams dans une unité de fabrication de fromage basée à Béni Mellal.

Dénichée dans le cadre de la banque de projets lancée en septembre 2020 par le ministère de l’Industrie et du Commerce, cette cible souhaite monter une usine dotée d’une capacité de production annuelle de 5000 tonnes par an et ce, principalement dans les fromages à pâte fraîche non affinée (une gamme intégrant les fromages blancs, les petits-suisses, les faisselles dont le caillage est obtenu par ensemencement naturel…).

Lire aussi | Du nouveau concernant la Chambre de commerce Maroc-Israël

Le chiffre d’affaires potentiel du projet est de 200 millions de DH, pour un effectif de plus d’une centaine de salariés. L’opération, qui devrait se concrétiser au cours des prochains mois, viendrait porter le nombre de participations au Maroc de AAAID à cinq si l’on compte, outre les trois déjà citées, l’entité historique Manafid Al Hoboub, une minoterie industrielle implantée à Had Soualem, à 20 Km au Sud de Casablanca et dans laquelle AAAID détient 30%, avec une présence qui remonte à 1999.

 
Article précédent

Maroc-Espagne. Plus de 250 intellectuels poussent vers un rapprochement

Article suivant

5G. Environ 150 millions d'abonnements d’ici 2026 en Afrique du Nord et au Moyen-Orient [Rapport]