Fonds d'investissement

Le fonds ARIF apporte 200 MDH à la cimenterie du groupe SGTM

Quelques semaines après avoir sécurisé le financement bancaire de sa future cimenterie, le groupe SGTM vient de boucler définitivement le tour de table de démarrage de sa filiale TEKCIM, qui porte ce projet ambitieux doté d’une enveloppe de 2,6 milliards de dirhams.


Cette entité créée en 2011 et qui a déjà dépensé des dizaines de millions de dirhams dans les études préalables de tous genres, s’apprête à accueillir dans son actionnariat le fonds d’investissement ARIF que gère Infra Invest, une filiale de RMA Capital, bras armé financier de l’assureur Royale Marocaine d’Assurance.

Aussi, ce fonds panafricain spécialisé dans le financement en fonds propres des projets et des actifs dans les secteurs de l’infrastructure et de l’énergie, vient de signer un protocole d’accord avec l’actionnaire majoritaire, en l’occurrence la famille Kabbaj (actionnaire de référence du groupe SGTM), afin d’injecter quelque 200 millions de dirhams dans le capital de TEKCIM.

Pour l’instant, rien ne filtre sur la valorisation à ce stade de cette entité-projet, ni sur la quote-part à détenir par le nouvel actionnaire, mais de sources proches du dossier cet accord vient surtout donner le la au démarrage des travaux de construction de la future cimenterie qui ont été confiés au groupement formé par la maison mère (SGTM) et le danois FLSmidth et qui devront durer pas moins de trois ans.

Outre les fonds propres mobilisés pour sa cimenterie située à la commune rurale d’Oulad Ghanem (province d’El Jadida) et qui sera dotée d’une capacité nominale de 3.600 t/j de clinker soit 1,4 million de tonnes de ciment par an, Tekcim comptera également sur un financement bancaire à long terme de plus de 1,7 milliard de dirhams déjà accordé par un consortium formé de Banque Africaine de Développement (BAD), BMCE Bank of Africa, la Banque Centrale Populaire et Société Générale Maroc.

Quant au fonds ARIF, qui compte parmi ses actionnaires la Royale Marocaine d’Assurance (en sa qualité de sponsor) et des institutions multilatérales de financement telles la BAD, la BEI, Proparco et SFI (filiale de la Banque Mondiale), boucle, ainsi, ses opérations d’investissement après avoir déjà réalisé trois prises de participations (Mass Céréales Al Maghreb, Parc éolien Khalladi à Tanger et une ferme solaire photovoltaïque de 50 MW en Afrique subsaharienne).

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Unesco : l'art Gnaoua déclaré patrimoine culturel

Article suivant

La CGEM veut améliorer la performance environnementale des PME