Industrie

Le français Delfingen met la main sur une 4ème usine au Maroc

Vingt ans après avoir pris pied au Maroc, le français Delfingen ajoute une quatrième usine à son dispositif industriel marocain.


Et cette fois-ci, c’est à travers une croissance externe que cet équipementier automobile basé à Anteuil (dans le Doubs, pas loin de la frontière franco-helvétique), vient de renforcer sa présence sur le marché marocain où il avait orienté dès le début des années 2000, ses premières bases de production low-cost.

Lire aussi | Départ de Samsung de la Chine : comment le Maroc peut-il profiter de la redistribution des cartes ?

La nouvelle  unité de fabrication que ce spécialiste dans la production de gaines en plastique de protection électrique et thermique de câbles automobiles vient d’acquérir,  n’est autre que celle anciennement créée à Tanger par l’allemand Schlemmer. Un autre équipementier automobile qui avait débarqué au Maroc en 2004 et dont les difficultés financières l’ont mené à un démantèlement pur et simple au cours des derniers mois. Aussi, alors que le périmètre asiatique de ce groupe placé en liquidation judiciaire en décembre 2019 par le Tribunal de commerce de Munich, a été cédé à son partenaire chinois, le groupe Fengmai-Ningbo Huaxiang, les actifs européens ainsi que les usines basées au Maroc et en Tunisie ont été, quant à eux, raflés par son concurrent Delfingen. Avec Schlemmer Maroc, le groupe Delfingen dispose, désormais, de trois usines à Tanger et une autre à Casablanca, pour un chiffre d’affaires global dépassant les 300 millions de dirhams et un effectif de plus de 250 salariés.

Lire aussi | Casablanca : les propriétaires de salles de sport saisissent le Wali

Dans un contexte de crise sanitaire mondiale qui a frappé de plein fouet le marché automobile, le groupe Delfingen qui revendique un chiffre d’affaires 2019 de 230 millions d’euros (un peu plus de 2,5 milliards de dirhams), l’intégration des actifs euro-méditerranéens de Schlemmer permet selon le management de l’acquéreur d’«asseoir ses parts de marché en Europe, de renforcer sa proximité avec les constructeurs et équipementiers automobiles allemands, de mutualiser les efforts de recherche et développement pour accompagner la transition du secteur automobile vers les motorisations hybrides/électriques ».

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio

Article suivant

Un premier robot intelligent 100% marocain pour booster l’agriculture