EntrepriseFlash-eco

Le français Dimotrans regroupe ses filiales marocaines

A peine un an après avoir pris pied au Maroc, le logisticien français Dimotrans y restructure ses activités.


Le groupe français Dimotrans, basé à Pusignan (à quelques kilomètres de Lyon au sud-est de la France), vient de regrouper ses deux filiales marocaines Door Transport et DTVN, qui avaient été investies à leur création de missions complémentaires, à savoir le commissionnement de transport (notamment entre le Maroc et les différentes destinations servies par le groupe en Europe) et l’Overseas (transit en douanes, prestations packagées pour fret aérien et maritime…).

L’opération s’est matérialisée par l’absorption de DTVN par Door Transport. Elle a pour objectif l’optimisation de l’utilisation des ressources financières et humaines et la simplification de l’organisation des deux sociétés en vue de créer des synergies au sein du même groupe.

A l’issue de cette fusion-absorption, en cours d’exécution par les juristes du groupe, DTVN cessera d’exister alors que l’absorbante Door Transport héritera d’un total d’actifs de plus de 20 millions de dirhams (principalement composé de comptes clients) pour un capital social de 500 KDH.

C’est dire qu’en un an seulement, le groupe Dimotrans, qui emploie plus de 1.250 salariés (dont 1.000 salariés en France) et qui revendique un chiffre d’affaires frôlant les 250 millions de dirhams (près de 2,8 milliards de dirhams), a pu tisser sa toile sur le territoire marocain, notamment à l’endroit des groupes français basés à Casablanca et qui opèrent dans des secteurs exportateurs.

Rappelons qu’avant son implantation à Casablanca, le groupe avait déjà pris pied en Tunisie, en 2016, à travers le rachat de son compatriote Maxitrans qui disposait d’une agence à Radès (pas loin de Tunis).

Le développement de la connectivité entre le Maghreb et l’Europe fait partie des axes du plan stratégique 2015-2020 du logisticien présidé par Salvatore Alaimo et qui entrevoit également une introduction en bourse dès l’année prochaine.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Protection de la vie privée : Jusqu’à 3 ans de prison en cas de violation

Article suivant

Politique : Le chemin de la confiance