Aéronautique

Le français Latécoère en avance sur son plan de développement au Maroc

Un an après avoir pris pied au Maroc, le groupe français Latécoère y est en avance sur son plan de développement. En effet, Latsima, la filiale marocaine de l’équipementier aéronautique basé à Toulouse a déjà dépassé, en ce début d’automne 2017, la barre de 270 salariés, ce qui est largement en avance par rapport ce qui avait été annoncé lors de l’inauguration de son unité industrielle près de Casablanca en juillet 2016.


Il faut dire que le groupe Latécoère fait face à une demande croissante de la part de son principal client Airbus Group, notamment pour ce qui est des meubles avioniques (où s’insèrent les calculateurs) et les câblages d’inter­connexion pour les avions A320, dont la fabrication doit passer de 44 à 60 avions par mois d’ici à 2019, et le nouveau long-courrier A350 qui montera de 2 à 10 appareils par mois d’ici à 2018. Et Latsima est un maillon essentiel du dispositif « Plan Boost » mis en place par le management du groupe toulousain pour une montée en puissance tout en améliorant la productivité. D’ailleurs, le pôle Systèmes d’Interconnexion à laquelle est rattachée Latsima incarne déjà en 2016  le principal moteur de croissance du groupe avec des revenus de 232 millions d’euros (soit 35% du chiffre d’affaires consolidé) en croissance de 17% à fin 2016.

Rappelons que le groupe Latécoère, qui est venu étoffer le tissu de l’industrie aéronautique au Maroc (qui compte plus d’une centaine d’acteurs et emploie plus de 12.000 salariés), loue actuellement un site de 7000 m² couverts à la zone industrielle Had Soualem, dont 6000 m² de surface de production qui représentait un montant initial d’investissement de 50 millions de DH incluant la location du bâtiment sur 6 ans. La nouvelle filiale marocaine fait partie avec le Mexique et la Tunisie (où le groupe y est implanté depuis près de 20 ans) de la zone « Best Cost » qui permet au groupe créé en 1917 par Pierre Georges Latécoère de compléter à des coûts optimisés ses implantations historiques en France et en Allemagne.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Dette du Trésor : 683 milliards de DH à fin septembre 2017

Article suivant

SIAL Paris à la recherche d’un partenaire marocain