Cinéma

Le français Pathé construit son premier multiplex au Maroc

Les choses se précisent pour le projet d’implantation du groupe européen Pathé au Maroc. Quelques mois après avoir pris pied dans notre pays à travers Pathé Californie Casablanca (PCC), l’exploitant de salles de cinéma connu pour ses enseignes Pathé et Gaumont, injecte une première partie des fonds nécessaires pour la réalisation de son multiplex situé au quartier huppé de Casablanca, à savoir Californie.


Aussi le capital de PCC vient-il d’être hissé à près de 6 millions de dirhams suite à une recapitalisation de 5,5 millions de dirhams, qui vise à financer le lancement des travaux du premier projet au Maroc par le groupe fondé en 2001 (sous la dénomination EuroPalaces). D’autres injections en fonds propres sont également prévues parallèlement à une dette bancaire à lever auprès d’une banque de la place. Ce qui constitue un sérieux pari pour le groupe Pathé, alors que les acteurs locaux vivent depuis des années au Maroc des exercices assez sombres pour manque de fréquentation des salles obscures !

Mais l’étude de marché sous-jacente vise les dizaines de milliers d’habitants des quartiers Californie, Boukoura Green City, Sidi Maârouf and co qui traversent tout Casablanca aujourd’hui, pour emmener leurs enfants voir un bon film au Mégarama ou encore à l’I-Max du Morocco Mall. Et il s’agit d’une clientèle premium.

Rappelons que le groupe Pathé, qui emploie plus de 4.000 personnes, opère aussi bien dans la production et distribution cinématographique que dans l’exploitation de salles de cinéma avec une présence en France, Angleterre, Pays-Bas, Suisse, Belgique et Tunisie. En 2018, Pathé a réalisé un chiffre d’affaires de 872 millions d’euros (près de 10 milliards de dirhams) dont 85% provenant de l’activité de salles de cinéma avec un parc total de 1.117 écrans.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Patronat : une plateforme maroco-turque destinée à l'Afrique

Article suivant

Le grand choc fiscal proposé par la CGEM