Flash-ecoPublicité

Le français SoLocal supprime des dizaines d’emplois au Maroc

Cinq ans après avoir posé à nouveau son baluchon au Maroc, le groupe SoLocal (ex-Pages Jaunes) y réduit substantiellement ses effectifs.


En effet, le management de la filiale marocaine Orbit Interactive vient d’achever un vaste plan social (exécuté sans tapages ni heurts) ayant touché plusieurs dizaines de salariés (presque 40% de l’effectif total). Il faut dire que cette entité spécialisée dans le développement de solutions digitales pour la gestion de campagnes publicitaires pour le compte principalement des clients étrangers de sa maison mère avait connu, depuis sa création en fin 2012, une montée en puissance phénoménale dans le sillage de la profonde transformation digitale du groupe SoLocal. Or, le changement, il y a un peu moins de deux ans, à la tête de cette filiale basée à Casanearshore allait sonner le glas à sa politique de recrutement massif et ce, d’autant plus que l’audit diligenté peu avant le limogeage de l’ex-directeur général avait révélé que plusieurs salariés menaient d’autres missions et travaux parallèles sans aucun lien avec l’activité du groupe SoLocal.

Avec un effectif ramené aujourd’hui à près de 70 employés, Orbit Interactive, dont la mission est d’optimiser le coût d’acquisition clientèle pour ses clients semble avoir trouvé, elle-même, le bon optimum pour un chiffre d’affaires qui tourne autour de 30 millions de DH (depuis 2015)… à moins que la récente « simplication » de l’organisation annoncée au niveau mondial par le groupe SoLocal en début 2018 et qui sera synonyme d’une réduction d’effectifs de 1 000 postes d’emploi d’ici fin 2019 ne touche, à nouveau, la filiale marocaine !

Rappelons que Pages Jaunes (avant sa transformation en SoLocal en 2009) avait mis la main en 2005 sur Edicom (société marocaine qui éditait le Télécontact) avant de la revendre à un fonds d’investissement en 2009. En 2017, le groupe SoLocal revendique un chiffre d’affaires de 765 millions d’euros (près de 8,6 milliards de DH).

 
Article précédent

L’Observatoire Wafasalaf dévoile les tendances automobiles

Article suivant

Task Force : plus de peur que de mal