ConstructionFlash-eco

Le français Touax solde un différend avec le fisc marocain

Dans un contexte de fortes turbulences traversées par ses activités marocaines, le groupe français Touax solde un redressement fiscal douloureux ayant frappé ses deux filiales Touax Maroc, qui opère dans la fabrication de conteneurs maritimes (destinés au marché africain) et Ramco, entité entièrement dédiée à la location de modules de transport et de conteneurs.


En effet, le groupe coté à la bourse de Paris a conclu un arrangement de près de neuf millions de DH avec l’administration fiscale pour tourner la page d’un contrôle fiscal réalisé sur les exercices 2010 à 2014 portant aussi bien sur l’impôt sur les sociétés que sur la TVA ou encore l’impôt sur les revenus. Un tel arrangement vient clore un chapitre de recours entamé en septembre 2015 devant la commission locale et poursuivi en mai 2018 devant une instance de recours nationale. Bien qu’ayant abouti à un montant significativement moins important que les premières notifications émises par le fisc, cette nouvelle charge exceptionnelle viendra certainement peser un exercice où la maison mère espérait un retour au vert de la rentabilité de son business au Maroc après une année 2017 marquée par une perte historique de sa filiale industrielle Touax Maroc (près de 20 millions de DH). Mais selon de sources proches du dossier, le redressement du carnet de commandes observé jusqu’à présent et matérialisé par une hausse de plus de 10 millions de DH du chiffre d’affaire à fin juin 2018 de l’ex-Sacmi qui réalisait à la veille de son rachat par le groupe Touax des ventes supérieures à 150 millions de DH devrait relancer les résultats.

Rappelons que le groupe Touax qui revendique la place de numéro 1 français de la construction modulaire avait racheté ses deux filiales marocaines actuelles en 2012 avec le soutien du fonds African Development Partners I (ADP I), géré par Development Partners International (DPI), une société de capital-investissement basée à Londres qui vient de réaliser un nouvel investissement au Maroc, en l’occurrence la prise de participation de 80% de CMGP, le leader marocain des équipements et du matériel d’irrigation.

 
Article précédent

OCP se renforce dans le capital de Fertinagro

Article suivant

PLF 2019 : le gouvernement table sur un taux de croissance autour de 3,2%