Agriculture

Le français Vila cède son principal actif marocain au groupe Delassus

L’exploitation agricole s’étend sur plusieurs dizaines d’hectares. Elle produit différentes variétés maraîchères, ainsi que des produits agrumicoles.


Huit ans après avoir pris pied au Maroc, le groupe français Vila y réduit la voilure. En effet, ce groupe créé et géré par Francis Vila, un agriculteur connu pour être le numéro 2 français de la tomate en France, vient de céder sa principale exploitation agricole marocaine. Située à la commune rurale Sahel M’harza près de Bir Jdid dans la région d’El Jadida, cette exploitation de plusieurs dizaines d’hectares portée par la société NOSOMA SARL, produit différentes variétés maraîchères, ainsi que des produits agrumicoles.

Quant à l’acquéreur de NOSOMA, il n’est autre que le groupe Delassus, un des leaders au Maroc dans la production et l’exportation d’agrumes avec plus de 100.000 tonnes exportées chaque année en direction de l’Europe, de l’Amérique, de l’Asie et de l’Afrique et qui emploie entre ses différentes plantations agricoles et stations de conditionnement près de 5.000 salariés.

Lire aussi : Un nouveau fonds d’investissement au profit du secteur primaire

Si rien ne filtre sur le montant de la transaction entre le groupe marocain créé il y a plus de 70 ans et les membres de la famille Vila (qui détenaient 100% du capital de NOSOMA), cette opération permettra, sans doute, au groupe Vila d’en réallouer le fruit vers son marché domestique où il vient d’accélérer ses investissements dans les serres solaires.

Rappelons que dès 2010, Francis Vila a été un des pionniers en France dans les cultures sous serres avec toitures photovoltaïques, un concept qui combine agriculture et production d’électricité. Aujourd’hui, parallèlement à l’agriculture intégrée, le groupe Vila produit plusieurs milliers de kilowattheures dans ses sites agricoles et les revend à EDF (Électricité De France) dans le cadre de contrats de longs termes (de durée entre 10 et 20 ans). Il exploite une quinzaine de sociétés de production d’électricité dont le chiffre d’affaires cumulé dépasse en 2018 les 10 millions d’euros (près de 110 millions de DH).

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Marrakech abrite le prochain Sommet des affaires USA-Afrique

Article suivant

PLF 2020 : Mohamed Benchaâboun met les points sur les i