Blog

Le futur selon Google !

Pour la plupart d’entre nous, notre vie d’humain 2.0 est très liée à Google : nous faisons appel à leur fameux moteur de recherche, leur messagerie électronique Gmail ou encore leur système d’exploitation Android. Avec l’arrivée de nouveaux projets tous droits sortis de la science-fiction, Google passe à la vitesse supérieur…


Sur le site officiel de la société, nous pouvons lire que « Google est une société qui œuvre pour un monde meilleur en organisant l’information à l’échelle mondiale et en la rendant universellement accessible et utile pour tous ». Difficile aujourd’hui de contredire cette affirmation reprise en boucle par ses co-fondateurs Larry Page et Sergey Brin. Ces deux jeunes surdoués, ayant débuté respectivement à l’âge de 23 ans et 24 ans dans un petit garage loué à un ami à eux, ont réussi à créer l’une des sociétés les plus prospères de notre époque (capitalisation de 184.23 milliards de $ US et chiffre d’affaires de 50,2 milliards de $ US en 2012) en permettant à des millions d’internautes d’utiliser le web de manière simple et efficace.

Le génie de ces deux co-fondateurs réside dans le fait d’avoir compris très tôt l’intérêt de développer leurs logiciels en système « open source » c’est-à-dire en laissant un accès libre à leurs codes source et à leurs travaux dérivés. Ainsi, tout développeur de logiciel, où qu’il se trouve sur la planète, peut contribuer à l’amélioration et la sécurisation de leurs outils. Pour les plus talentueux d’entre eux, un recrutement dans la fameuse firme de Mountain View est même envisageable. Et c’est là un autre de leur point fort: réussir à attirer les informaticiens et les ingénieurs le plus brillants que compte la communauté scientifique mondiale.

Cette attractivité est largement relayée par un fait très connu aujourd’hui : il fait bon travailler chez Google. L’entreprise a mis les moyens pour assurer confort et bien-être à ses employés : salles de sport, piscine, billards, massages, coiffeur, tout a été pensé pour les « chouchouter ». De plus, l’organisation du travail est souple et peu contraignante. Le modèle 80 :20 (80% de travail imposé et 20% du temps consacré à des projets autonomes) et le travail en équipe sont largement répandus. Le résultat final est une plus grande motivation et donc une productivité accrue mais surtout une fidélisation des employés qui assurent ainsi la stabilité de la masse salariale.

« Don’t be Evil » est le slogan de communication de la boite qui promeut une éthique dans tout ce qu’elle entreprend. Ethique dans le travail mais aussi  pour l’environnement. La société investit régulièrement dans des projets qui visent à démocratiser les énergies renouvelables comme les projets « Solar City » ou encore « Clean Power Finance ». La culture n’est pas en reste puisque plusieurs programmes sont soutenus ou crées spécialement pour encourager la conservation de patrimoines mondiaux comme le projet « World Wonders Project » par exemple.

Le résultat de tous ces efforts pour créer un environnement sain et productif au sein de Google est la mise en service en continue de produits toujours plus innovants. Certes, devant le nombre impressionnant de produits mis sur le marché, certains connaissent un destin relativement court : les projets abandonnés comme Igoogle, Google Wave et Google Friend Connect sont là pour nous le rappeler. Mais nous ne devons pas oublier que pour Google, ces échecs n’en sont pas vraiment puisque ces projets réapparaissent généralement sous un autre nom et sous une autre forme généralement plus aboutie et plus adaptée à nos besoins. L’objectif ultime pour la firme étant d’avoir des services intégrés regroupant toutes les fonctionnalités Google. Deux projets révolutionnaires qui verront bientôt le jour illustrent parfaitement cette volonté :

  •  Le projet Google Glass : Ce sont des lunettes qui permettront de voir autour de soi en réalité augmentée en utilisant une technique d’incrustation vidéo qui permet de superposer diverses informations dans le champ de vision de l’utilisateur. L’affichage passe par un léger écran placé dans le coin de l’œil droit. Pour que cette prouesse soit possible, un concentré de technologies y a été greffé : une mini caméra HD, un microphone intégrant la reconnaissance vocale, un module GPS, un accéléromètre, un gyroscope et bien sûr un accès internet Wifi et Bluetooth pour profiter de toute la panoplie des services de la marque. Avec ces lunettes on pourra donc se déplacer et voyager sans se perdre (en utilisant Google Maps et Google street View), communiquer dans une autre langue avec la traduction instantanée (Google Traduction), retrouver ses amis facilement (Google Latitude), chatter avec eux en visioconférence (Google Hangout et Google+), prendre de photos et enregistrer des vidéos en les partageant instantanément, mais aussi potentiellement reconnaitre des objets ou des êtres vivants grâce à la synchronisation de l’appareil photo et de la banque d’images reliée au web et donc aux applications Android

La réalité augmentée selon Google

 

  • Le projet Google Car : C’est une voiture suréquipée en technologies ultra performantes (notamment un système breveté de télédétection par laser) qui permet une conduite sans chauffeur ni intervention humaine. Il suffit de donner les instructions sur la destination et la voiture s’occupe de vous mener à bon port sans risque d’accident. Des tests sur plus de 500 000 kms en Californie ont été réalisés sans qu’aucun accident n’ait été déclaré. Plusieurs constructeurs ont commencé à l’utiliser comme Audi, Toyota ou encore Lexus. Gageons que cette technologie sera la norme pour toutes les voitures dans les années à venir, nous faisant oublier les nombreux accidents de la route qui ont perduré jusqu’alors.

La voiture selon Google

Google ne finira donc pas de nous surprendre en repoussant toujours les limites de la science et de la technologie. Le recrutement, comme directeur de l’ingénierie, de  Ray Kurzweil, célèbre transhumaniste connu notamment pour avoir théorisé le concept de la singularité technologique, est là pour le confirmer. Leur vision d’un futur numérique omniprésent et omniscient est en train de se concrétiser, telle une prophétie…
 

 
Article précédent

Nissan: viendra ou ne viendra pas ?

Article suivant

Transactions immobilières: les banquiers doivent se réorganiser