Actualité

Le Gazoduc Maghreb-Europe première victime de la rupture des relations entre Alger et Rabat

La première victime collatérale de la rupture des relations entre Alger et Rabat n’est autre que le gazoduc Maghreb – Europe, qui alimente l’Espagne et le Portugal via le Maroc à partir du gisement gazier géant algérien de Hassi R’mel.


Après plusieurs mois d’incertitudes sur le renouvellement du contrat de ce gazoduc, la sentence algérienne est tombée ce jeudi 26 août, deux jours après l’annonce par l’Algérie de sa décision de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc. L’Algérie a décidé d’abandonner le GME, dont le contrat s’achève le 31 octobre prochain. Ce gazoduc permet au Maroc de pomper 900 millions de m3 de gaz naturel par an en plus des royalties qu’il prélève au titre du droite de passage.

Lire aussi | Gazoduc Maghreb-Europe. Pourquoi l’Algérie se mettrait dans une mauvaise position en cas de non renouvellement du contrat avec le Maroc

Du côté marocain, la directrice générale de l’Office national marocain des hydrocarbures et des mines, Amina Benkhadra, avait exprimé plus tôt dans la semaine la volonté du Maroc de maintenir cette voie d’exportation. Elle a, entre autres, précisé que : « Cette volonté, nous l’avons exprimée verbalement et par écrit, publiquement et dans les discussions privées, toujours avec la même clarté et la même constance ».

La rupture des relations diplomatiques entrainera en effet plusieurs conséquences tant sur le plan politique mais aussi sur le plan économique. Si les deux pays ne sont pas de forts alliés économiques, les rares partenariats se voient en situation de danger.

Dans cette situation, le Maroc -tout comme l’Algérie- se voit contraint de multiplier ses partenariats ailleurs et de renforcer ses relations avec d’autres voisins. Dans ce sens, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la Sierra Leone, David Francis, a exprimé, jeudi à Rabat, le soutien de son pays au projet de gazoduc devant relier le Nigeria et le Maroc.

Lire aussi | UMA. 5 recommandations pour améliorer la performance commerciale

« Le commerce et les investissements sont une composante très importante, mais aussi la composante politique, c’est pourquoi nous soutenons le projet de gazoduc Nigeria-Maroc », a-t-il déclaré lors d’un point de presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains de l’étranger, Nasser Bourita, à l’issue de leur rencontre.

François a affirmé, dans ce sens, que son pays « ne doute pas que ce projet lui sera bénéfique, au même titre que les autres pays de la sous-région ouest-africaine », soulignant que « cela démontre le leadership et la position mondiale du Maroc en faveur de la sécurité énergétique et de l’accès à l’électricité ».

Lancé en 2016 à Abuja sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du Président nigérian Muhammadu Buhari, ce projet d’envergure permettra de relier les ressources gazières du Nigeria, celles de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et du Maroc, favorisant ainsi l’intégration économique régionale.

Lire aussi | Gaz naturel. L’Algérie livrera l’Espagne sans passer par le Maroc!

Pour sa part, l’Union européenne a exhorté jeudi l’Algérie et le Maroc à trouver une solution « diplomatique et durable » pour régler la situation actuelle entre les deux pays, après que le premier a annoncé la rupture des relations avec le second. « Nous espérons une solution diplomatique et durable qui résoudra la situation actuelle et qui sera obtenue rapidement et au profit des deux pays, de leur population et de l’ensemble de la région méditerranéenne », a déclaré Peter Stano, le porte-parole de la Commission européenne aux Affaires étrangères, rapporte Europa Press.

« L’UE est prête à aider, soutenir et assister ses partenaires si cela lui est demandé pour parvenir à une solution à tout différend. Dans ce cas, nous sommes prêts à assister les deux pays dans tous leurs efforts pour trouver une solution diplomatique et durable », a-t-il ajouté, toujours selon la même source.

Dans l’élan de cette crise diplomatique, l’ambassade du Royaume du Maroc à Alger baissera le rideau à partir de ce vendredi 27 août 2021. L’ambassadeur Lahcen Abdelkhalek et l’ensemble du staff de l’ambassade marocaine seront rapatriés, ce même vendredi, par un avion de la compagnie nationale RAM, affrété spécialement à cet effet.

 
Article précédent

Gaz naturel. L'Algérie livrera l'Espagne sans passer par le Maroc!

Article suivant

L'ambassade marocaine à Alger fermée ce vendredi 27 août