Industrie

Le géant espagnol ACS liquide une de ses filiales au Maroc

L’espagnol ACS (Actividades de Construccion y Servicios) rationalise sa présence au Maroc. Coinsmar Instalaciones y Servicios (CIS) ne compte plus parmi ses filiales.


Quelques mois après avoir décroché un méga contrat avec l’OCP portant sur la construction et la mise en service à partir de 2020/21 de deux usines d’acide sulfurique au Maroc pour un montant de 255 millions d’euros (près de 2,8 milliards de DH), le groupe basé à Madrid procède à la liquidation de sa filiale marocaine Coinsmar Instalaciones y Servicios (CIS).

Il faut dire que cette entreprise spécialisée dans le montage industriel, opérait dans un secteur de plus en plus sinistré où les déconfitures de plusieurs acteurs et non des moindres (Buzzichelli Maroc, Stroc et dernièrement Delattre Levivier Maroc) sont devenues légion.

Une telle conjoncture difficile a vraisemblablement poussé le géant espagnol (qui capitalise près de 12 milliards d’euros à la bourse de Madrid) à jeter l’éponge comme il le fit il y a déjà dix ans quand il avait liquidé sa principale entité marocaine de l’époque, à savoir Dragados Maroc (opérateur de BTP connu pour avoir participé à la construction de plusieurs tronçons d’autoroutes lors du premier schéma autoroutier du pays lancé au début des années 1990).

Entre-temps, le groupe ACS s’était désengagé du métier de la collecte et traitement des déchets ménagers en vendant en 2016 au groupe Ying Zhan sa filiale Urbaser, leader de la collecte de déchets ménagers en Espagne et qui dispose d’une présence à l’international dont le Maroc, où elle fut longtemps leader incontesté à travers Tecmed Maroc.

Le groupe ACS maintient, par ailleurs, sa présence dans la logistique à travers Albatros Logistique Maroc, opérateur qui accompagne plusieurs clients marocains dans l’entreposage et le packaging, ainsi que la distribution de leurs produits à travers tout le Royaume.

Rappelons que le groupe ACS revendique au titre de 2018 un chiffre d’affaires mondial de 36,4 milliards d’euros (près de 400 milliards de DH soit le tiers du PIB marocain !), dont 79% dans les métiers de la construction. Son résultat d’exploitation de la même année s’est élevé à 1,6 milliard d’euros (soit 17,5 milliards de DH).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Infantino rempile à la tête de la FIFA

Article suivant

Le dispositif de la VEFA est en panne