Consommation

Le gouvernement appelle à l’arrêt du boycott du lait

Le gouvernement tend à limiter les dégâts.


Il a appelé les citoyens à éviter davantage de dommages pour les agriculteurs, le secteur agricole et l’investissement national en général, et ce à la lumière de l’évolution du boycott du lait.

Le gouvernement affirme ainsi suivre avec un grand intérêt l’évolution du boycott du lait, qui se caractérise essentiellement par la décision de la société concernée de réduire de 30% la quantité de lait achetée auprès des coopératives, avec tout son impact sur les agriculteurs et le secteur agricole. Cette situation a fait que de nombreuses coopératives laitières et professionnelles ont émis de multiples réactions appelant à redresser la situation, note le gouvernement qui met l’accent sur les effets « négatifs » de ce boycott sur l’emploi au sein de la société concernée et des coopératives laitières qui y sont liées.

L’exécutif souligne que le secteur laitier revêt une grande importance au sein du système social et économique de notre pays, car il concerne un réseau d’opérateurs qui traitent avec la société concernée, soit 120.000 agriculteurs et 600.000 membres de leurs familles. La poursuite du boycott est à même de causer de gros dommages pour les coopératives laitières et les producteurs qui y adhèrent, dont une majorité de petits agriculteurs, ainsi que le tissu économique national dans ce secteur et les secteurs qui y sont liés. Il précise que ce boycott pourrait également avoir un impact négatif sur l’investissement national et étranger et, par conséquent, sur l’économie nationale.

Le gouvernement ajoute être déterminé à entreprendre des initiatives visant à améliorer le pouvoir d’achat des citoyens et à agir avec fermeté en matière de contrôle du marché, de la qualité des produits et de lutte contre la spéculation et le monopole.

 
Article précédent

Elle fait l’actu : Nezha Hayat, présidente de l’AMMC

Article suivant

KLEM élue meilleure agence marocaine de communication de l’année