Agro-Industrie

Le groupe agroalimentaire Dalia renforce son pôle industriel

Le groupe agroalimentaire Dalia poursuit son développement. En effet, après avoir exécuté récemment une fusion entre Dalia Grains et Dalia Comodex, deux filiales opérant dans le stockage, le négoce et la distribution de céréales, engrais et aliments de bétail et d’engrais, le groupe planche sur son Pôle Industrie.


En effet, la société qui a débuté ses activités dès 1958 dans le négoce et la distribution de matières premières agricoles, vient de renforcer les moyens financiers de Dalia Corpagro, son entité spécialisée dans la première transformation des céréales avec une capacité d’écrasement de plus de 400 tonnes par jour pour la minoterie et de 180 tonnes par jour pour la semoulerie. Cette entité produit une gamme très variée de produits finis tels la farine Luxe, la semoule Fine et la farine Complète.

Lire aussi | Les Marocains fidèles au marché et à l’épicier pour l’alimentaire [Etude]

Concrètement, la holding de tête du groupe (dénommée Groupe J Holding) a injecté quelques 10 millions de dirhams dans le capital de Dalia Corpagro, ce qui en hissa le capital à 70 millions de dirhams. L’opération vient renforcer les fonds propres de cette filiale qui revendique un chiffre d’affaires avoisinant les 500 millions de dirhams, à la veille d’un renforcement des capacités de production de son site de Had Soualem (au sud de Casablanca).

Lire aussi | Najib Akesbi : « Il faut repenser nos choix stratégiques de développement si nous voulons être parmi les gagnants dans cette crise »

Rappelons que le groupe contrôlé par la famille Jamal Eddine, réalise un chiffre d’affaires consolidé de plus de 1,5 milliard de dirhams incluant Dalia Corpagro et Dalia Comodex (qui a absorbé Dalia Grains) mais également une troisième filiale, en l’occurrence Dalia Food, qui opère plus en aval de la chaine de valeurs du groupe, à savoir la fabrication de couscous et de pâtes avec des capacités de production de 20.000 tonnes/an pour le couscous et 43.000 tonnes/an pour les pâtes courtes et les pâtes longues.

 
Article précédent

Ghalia Mokhtari :« le Royaume est bien positionné pour réaliser son ambition de devenir un véritable hub énergétique »

Article suivant

Abdellatif Jouahri : « tant que c’est pour le financement sain de l’économie, je financerai toutes les demandes du secteur bancaire »