Produits d'hygiène

Le groupe AMA Détergents investit 40 MDH dans les produits d’hygiène en papier

Deux ans après avoir rompu son partenariat de distribution avec l’algérien Faderco (le leader maghrébin des produits d’hygiène qui écoule plus d’un milliard d’unités fabriquées par an), le marocain AMA Détergent, décide de se lancer lui-même dans la fabrication de produits d’hygiène en papier.


En effet, cet industriel qui a fait, en un peu plus d’une décennie d’existence, une belle incursion dans le marché des détergents avec sa marque principale MIO, vient de lancer une extension de son usine basée à Jorf Lasfar (au sud d’El Jadida) pour accueillir au cours des prochaines semaines, une nouvelle ligne de production de papier toilette, rouleaux essuie-tout et autres produits d’hygiène à base de papier.

Lire aussi| Transactions électroniques: le Maroc renforce son arsenal juridique

L’investissement qui devra totaliser plus de 40 millions de dirhams, sera porté par une nouvelle filiale ad hoc dénommée AMA Papillon. Il permettra au groupe créé et présidé par Anouar Radi, un homme d’affaires bien connu dans la région d’El Jadida, de se diversifier, dès 2021, dans une activité qui présente des synergies industrielles, commerciales et logistiques indéniables avec son métier historique et, surtout, dans un segment d’hygiène qui affiche une croissance soutenue depuis une décennie en étant portée aussi bien aux changements des habitudes en matière d’hygiène chez les particuliers, que la montée en puissance des achats des établissements de santé. Une tendance qui devra s’accélérer sur le creuset de la crise sanitaire actuelle et la hantise des épidémies qu’elle n’a pas manqué de susciter au niveau mondial.

Lire aussi|Industrie : le satisfécit de Moulay Hafid Elalamy

AMA Papillon qui s’appuiera sur la force de frappe commerciale d’AMA Détergents, aura ainsi à découdre dans un marché en pleine croissance et estimé à plus de cinq milliards de dirhams, avec une kyrielle d’importateurs (comme Sancella Maroc), mais également des acteurs industriels locaux bien ancrés sur leur marché comme le groupe Novatis à travers sa filiale Jessr Industries (groupe connu pour sa marque Dalaa) et Brior Industries (marque Fancy), ou encore le redoutable nouvel arrivant, le groupe dislog qui a récemment racheté l’usine marocaine du groupe jordanien Fine Holding (marque Fine) qui s’est désengagé du Maroc. 

 
Article précédent

Industrie : le satisfécit de Moulay Hafid Elalamy

Article suivant

La CGEM crée une nouvelle fédération