Investissement

Le groupe émirati Al Itharah injecte 15 MDH dans sa filiale marocaine

L’émirati Al Itharah Amusement Center LLC renfloue sa filiale marocaine. Le spécialiste des parcs d’attraction indoor vient d’injecter quelque 14,8 millions de dirhams dans Al Itharah Maroc, hissant le capital à 32,5 millions de dirhams.


La recapitalisation conséquente de cette filiale créée en 2011 vise à en renforcer les fonds propres, alors qu’elle s’est engagée dans un programme de renouvellement et d’extension des « rides », attractions, jeux vidéo et autres attractions de son parc Adventureland situé au Morocco Mall à Casablanca.

Il faut dire que ce site haut de gamme, inauguré en avril 2012 a connu un succès grandissant au fil des ans avec une superficie initiale de 5.000 m² et des attractions qui sont devenues emblématiques du premier centre commercial d’Afrique du Nord tels le premier mur d’escalade à Casablanca, la piste de patinage et le premier trajet surélevé au Maroc de train familial intérieur traversant près de la moitié des manèges du parc.

Al Itharah Maroc envisagerait même d’étendre ses activités dans une autre ville que la capitale économique, ce qui susciterait vraisemblablement un nouvel effort d’investissement. Pour l’instant, rien ne filtre sur le choix de la prochaine ville, mais il semblerait que Marrakech et Tanger soient sérieusement dans le viseur, alors que la ville de Rabat ne serait pas prioritaire vu l’inauguration qui y est prévue en 2020 d’un projet très ambitieux d’un parc d’attractions de 31 hectares porté par Marita Group, le promoteur de la cité d’affaires Green Tech Valley sur la Vallée du Bouregreg.

Rappelons qu’Al Itharah Amusement Center LLC est connu au Moyen-Orient pour son parc indoor Adventureland – Sharjah de 70.000 m² (situé à la ville éponyme aux Emirats Arabes Unis) et qui est connu pour sa thématique singulière de jungle équatoriale.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Emirates : deux vols par jour Casablanca - Dubaï à compter de juin

Article suivant

Ationnaires minoritaires : les propositions de l’Ordre des Experts-Comptables