Energie renouvelable

Le Groupe français IDSUD s’implante au Maroc

Le marché marocain des énergies renouvelables (ENR) continue d’attirer les investisseurs étrangers désireux de profiter des multiples opportunités qu’offrent les différents plans nationaux de promotion des ENR et de l’efficacité énergétique, visant à hisser à 52% la part des ENR dans la production d’électricité à horizon 2030 et à atteindre 12% d’économie d’énergie à l’horizon 2020. Le dernier en lice, est le groupe marseillais IDSUD qui vient de faire du Maroc sa première implantation à l’étranger. Faisant partie de sa division Energie, IDSUD Energies Afrique est déjà en phase de recrutement et devra compter une dizaine de personnes d’ici fin 2016.


Seront visés les segments de prédilection d’IDSUD Energies, à savoir les équipements photovoltaïques (notamment de son partenaire chinois Kehua Tech), les petites éoliennes de proximité, notamment celles ayant des pales 3D pour lesquelles le groupe dispose d’une avancée technologique depuis son acquisition, en 2014, de son compatriote Nheolis, les systèmes de stockage et redistribution d’énergie dit UPC et, enfin, les solutions intelligentes d’éclairage public (candélabres combinant énergies éolienne et solaire et disposant d’applicatifs connectés tels le wi-fi, la signalétique ou la vidéosurveillance). IDSUD Energies Afrique ne compte pas s’arrêter au marché marocain, mais envisage de devenir une plateforme africaine de distribution des solutions de la maison mère.

Rappelons, que le groupe IDSUD est une structure familiale créée en 1850 à Marseille et cotée à la bourse de Paris depuis une vingtaine d’années. Son activité historique s’articule autour des services financiers (notamment le change des devises) et du négoce en métaux précieux (principalement l’or). En 2013, le groupe se lance dans le créneau des ENR à travers IDSUD Energies.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Système d’éducation: la réforme avance

Article suivant

Mohamed Benchaâboun, PDG de Banque Populaire