Entreprise

Le groupe Ibno Bachir rejoint l’aventure de la marque de mode Rimass

La star montante de la mode marocaine, la marque Rimass, s’allie au groupe multi-métiers Ibno Bachir.


Fondé à la fin des années 80 du siècle dernier par Mohamed Ibno Bachir, le magnat de l’immobilier à Tanger et homme d’affaires bien connu dans la région du Nord, ce groupe a créé sa propre marque à travers sa filiale Rimass Clothing, l’entreprise qui a lancé il y a trois ans la marque de mode éponyme qui se proclame en nouvelle référence de style et de tendance pour la femme urbaine marocaine et qui compte déjà trois magasins à Tanger (berceau de la marque), Casablanca et Kénitra.

Réalisée à travers une cession d’actions entre, d’une part, Yousra Ibno Bachir, la fondatrice et première dirigeante de Rimass Clothing et, d’autre part, Investorama et Axnor Participations, deux holdings personnels du groupe Ibno Bachir qui en portent les intérêts et parts dans plusieurs autres entreprises. Si rien ne filtre sur le montant de la transaction, une source proche du dossier affirme que ce mariage permettra à Rimass Clothing de compter sur un actionnaire solide financièrement pour accompagner son développement visant à atteindre à moyen terme une douzaine de points de vente à travers le Royaume. De même, qu’il sera porteur de synergies industrielles sachant que le groupe Ibno Bachir détient une entreprise de confection basée également à Tanger, en l’occurrence Codersa (que dirige Yousra Ibno Bachir).

Rappelons que Rimass Clothing est née en 2016 de la volonté de Yousra Ibno Bachir de lancer une marque de fashion 100% féminine. La suite on la connait: première boutique en juillet 2017 au Tanger City Mall, un succès rapide auprès de la cible des femmes marocaines de la classe aisée et moyenne plus (ce qui la situe plus haut de gamme que la success story Marwa) et deux autres points de vente dans la foulée (annonciateurs d’une épopée à venir).

Affaire à suivre !

 

 

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

CAN 2019 : Deux entraîneurs locaux en finale

Article suivant

Le Groupement des industries ferroviaires paralysé, mais jusqu'à quand ?