Déchets ménagers

Le groupe Ozone Environnement & Services prend le large

Quelques semaines après avoir raflé trois nouveaux contrats de gestion déléguée, le leader marocain des déchets ménagers au Maroc se met en ordre de bataille pour atteindre le milliard de dirhams de chiffre d’affaires consolidé (contre un peu plus de 800 millions de dirhams aujourd’hui).


En effet, Ozone Environnement & Services vient de procéder à une méga-recapitalisation de 50 millions de dirhams ayant hissé son capital à 200 millions de dirhams. Entièrement souscrite par le fondateur et l’actionnaire majoritaire Aziz El Badraoui, cette nouvelle augmentation de capital dope substantiellement les moyens financiers du groupe qui compte déjà à son escarcelle plus d’une soixantaine de contrats de gestion déléguée à travers le Royaume. Une performance impressionnante pour un groupe qui a vu le jour en 2008 à peine, avec des moyens limités à quatre salariés et 20.000 dirhams de capital et avec la confiance d’une ou deux petites communes (dont celle de Bouznika) ayant joué le rôle de clients providentiels. Depuis, l’acharnement et le labeur du fondateur ont fait le reste. 

Lire aussi| Dakhla-El Guerguerat Grand Prix : un final en apothéose

Entre-temps, Ozone Environnement & Services s’est même offert le luxe de planter son étendard dans cinq pays de l’Afrique subsaharienne (Côte d’Ivoire, Mali, Bénin, Guinée et Soudan). D’ailleurs, il est jusqu’à  présent, le seul groupe marocain à s’attaquer au marché de la collecte des déchets en Afrique. Aussi, le groupe qui a cassé le monopole de fait des multinationales au Maroc (notamment Suez, Veolia et Pizzorno) dans la collecte des ordures et qui commence même à les titiller sur d’autres marchés subsahariens, est bien outillé financièrement pour réaliser son programme d’investissement au titre de 2021, à commencer par ses engagements au titre des trois contrats de délégation de service qu’il vient de glaner auprès de la Commune d’El Mansouria (relevant de la province de Benslimane) et des villes de Khémisset et de Sidi Yahya du Gharb. 

Lire aussi|Dématérialisation : la DGI accélère la cadence

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 835 nouveaux cas, 472.273​ au total, mardi 2 février 2021 à 18 heures

Article suivant

Coronavirus : l’OMS enregistre une légère baisse des nouveaux cas dans le monde