Holding

Le groupe sahraoui Sbayou en ordre de conquête

Le groupe Sbayou revisite son organisation capitalistique. En effet, ce groupe familial assez discret, un des principaux acteurs économiques dans les provinces du Sud du royaume, vient de regrouper l’essentiel de ses activités sous une seule holding faitière.


Dénommée Mina Holding, cette structure récemment créée avec un capital initial de 145 millions de dirhams et présidée par Mohamed Sbayou détient, désormais, la totalité  du capital des filiales ci-après toutes basées à Laayoune : Sahara Sakane (promotion immobilière), Sbayou fishing company (valorisation des produits de la mer), Compagnie Africaine des Travaux Généraux (entreprise de génie civil notamment les travaux de terrassement, d’assainissement et de voierie), Sud Emulsion et Bitume (un des rares fabricants et distributeurs de bitume opérant sur les provinces du sud) et Canafric (un des distributeurs de pneumatiques les plus importants de la région). 

Cette réorganisation vise à doter le groupe fondé par Omar Sbayou (un ancien résistant reconverti aux affaires) d’une structure de détention verticale qui favorise, d’une part, l’exploitation de synergies à travers la mutualisation de certaines fonctions de support et facilite, d’autre part, tout projet d’ouverture de capital à l’avenir. Il faut dire que l’actionnaire de référence du groupe, en l’occurrence la famille Sbayou, nourrit de grandes ambitions de consolidation de ses métiers historiques mais également de diversification sectorielle, ce qui nécessite la mobilisation d’investissements conséquents au cours des prochaines années. Avec un chiffre d’affaires consolidé de près d’un milliard de dirhams, le groupe Sbayou fait partie, avec Les Joumani, Ould Errachid, Bouaida, Derham, des cinq groupes économiques les plus puissants des provinces du Sud. 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Jeux africains 2019 : Le comité d'organisation promet une cérémonie d'ouverture de haute volée

Article suivant

Institut Amadeus : Recommandations pour un modèle de développement durable