Industrie

Le japonais Yokogawa s’implante au Maroc

Décidément, le Maroc attire de plus en plus de groupes nippons. Après Toyo Inc Group, c’est au tour du groupe Yokogawa de s’implanter dans le royaume.


Quelques mois après l’annonce du chimiste Toyo Inc Group de son ambition de faire du Maroc une base avancée dans sa conquête africaine, Yokogawa, un autre groupe industriel issu du Pays du Soleil Levant vient de lui emboîter le pas en créant une filiale basée à Casablanca.

Le groupe Yokogawa, un des leaders mondiaux de l’instrumentation et la maintenance industrielles, réalise un chiffre d’affaires 3,8 milliards de dollars (près de 35 milliards de dirhams) et emploie 18.300 personnes à travers une centaine de filiales dont 17 sites de production à travers le monde. 

Lire aussi : Ces équipementiers japonais qui misent sur le Maroc

Ce groupe dont les produits et solutions sont une référence mondiale en matière de systèmes numériques de contrôle/commande, des équipements d’acquisition de données dits SCADA, des instruments de terrain, des enregistreurs et des analyseurs de procédés compte sur sa nouvelle filiale Yokogawa Africa Holding pour élargir sa base de clientèles au Maroc en s’attaquant à divers secteurs économiques dont sont déjà issus ses milliers de clients au niveau mondial tels l’énergie, la chimie et pétrochimie, la fabrication de médicaments, l’agro-alimentaire, la papeterie, la verrerie, la métallurgie, le traitement de l’eau et des déchets ou encore l’environnement.

Contrairement à d’autres contrées africaines où il opère à travers des distributeurs et intégrateurs tel Metis Africa qui couvre une dizaine de pays subsahariens (Congo, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Sénégal, etc), le groupe japonais fondé en 1915 a préféré s’attaquer directement au marché marocain vu la taille et le potentiel de celui-ci, notamment dans le sillage de sa stratégie industrielle volontariste.

Grâce à une politique d’innovant de plus en plus orientée vers le domaine des cycles, le groupe Yokogawa, propriétaire de pas moins de 7.000 brevets déposés, a récemment intégré le  dernier « Global 100», indice mondial des 100 sociétés les plus performantes privilégiant le développement durable. 

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Émergence et PAI : L’activation des ressorts et facteurs moteurs de la compétitivité

Article suivant

Le Maroc est parmi les 27 pays où la menace de pénurie est élevée