BTP

Le LPEE décroche un contrat providentiel

Jackpot pour le LPPE (Laboratoire Public d’Essais et d’Etudes). En effet, le leader national des laboratoires de BTP et génie civil vient de décrocher un méga-contrat avec l’OCP (Office Chérifien des Phosphates).


Portant sur plus de 150 millions de dirhams par an, ce contrat providentiel (le plus important jamais décroché par le LPEE en ses 70 ans d’existence) permettra à l’OCP d’externaliser une bonne partie de ses travaux récurrents de contrôle de qualité et de conformité aux normes et aux règlements en vigueur de l’ensemble de ses sites de production. Quant au LPEE, la nouvelle mission qui tombe dans son escarcelle devra lui permettre de dépasser allégrement, dès 2020, la barre des 700 millions de dirhams de chiffre d’affaires alors que ses ventes stagnaient peu ou prou depuis 2009 en évoluant en dents de scie entre 500 et 600 millions de dirhams.

Lire aussi : Génie civil : LPEE prend pied en Guinée Equatoriale

Il faut dire que l’OCP et le LPEE se connaissent bien depuis plusieurs décennies et notamment depuis 1977, année où les deux groupes publics scellèrent une convention solide de partenariat. Un cadre de coopération qui était limité au début aux études et prestations en génie civil et bâtiment, activité historique du LPEE, avant d’être élargi plus récemment aux installations, produits et équipements industriels dans le sillage de la diversification des champs d’interventions opéré par l’établissement dirigé par Mustapha Fares.

Rappelons que le LPEE est détenu par trois entreprises publiques à savoir l’ONEE, l’ANP et l’ONCF. L’établissement créé en 1947 a réalisé un chiffre d’affaires de 538 millions de dirhams en 2017 pour un résultat net de 24 millions de dirhams (en forte hausse de près de 50%). A travers les 21 centres répartis sur l’ensemble du territoire marocain, le LPEE emploie plus de 1000 salariés dont plus de 30% d’ingénieurs et cadres supérieurs.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Comment l’USFP compte rebondir

Article suivant

Et si le dégagisme touchait le Maroc ?