Automobile

Le marché des voitures neuves fait grise mine !

Les dernières statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) en attestent; les ventes de voitures neuves sont reparties à la baisse à fin novembre. Mais à bien y regarder, c’est principalement le segment des véhicules particuliers (VP) qui pâtit le plus de cette méforme générale, au contraire du pole véhicules utilitaires légers (VUL) qui maintient son trend haussier.


On pensait le secteur automobile sorti de sa spirale négative au regard des chiffres encourageants qu’il a affichés en septembre et en octobre derniers. C’était sans compter sur le mois de novembre en demi-teinte, ponctué, il est vrai, de nombreux jours fériés, et qui n’a pas confirmé la reprise tant attendue.

A vrai dire, les causes de ce marché en demi-teinte, dont les prémices se situent en début d’année, sont bien plus profondes qu’elles n’y paraissent. Nous vous engageons vivement à lire l’interview d’Adil Bennani, président fraîchement réélu de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM). Il met en exergue les causes principales qui ont impacté la dynamique du marché automobile. Malgré ce contexte morose, les opérateurs ont retroussé comme jamais leurs manches, proposant une déferlante de promotions et autres ristournes en tout genre censées attirer le chaland. Nous nous en faisons justement l’écho  à travers une fiche récapitulative des promotions les plus en vogue actuellement chez les importateurs et autres distributeurs automobiles.  

Le VP patine

A observer l’exercice commercial de l’ensemble des opérateurs automobiles, la tendance est à la baisse, tout au moins pour ceux qui intègrent le top 10. Néanmoins, quelques-uns ont tiré efficacement durant ce mois de novembre leur épingle du jeu, selon les chiffres de l’AIVAM. Certains comme Dacia, Kia, Opel, Skoda, Suzuki, Toyota ou Volvo ont enregistré d’excellents scores de ventes sur leur gamme VP, comparés à la même période de l’année dernière. Idem pour les opérateurs de véhicules premium, au rang desquels Audi, BMW, Mercedes, voire Lexus qui ont vu leur courbe de ventes progresser favorablement le mois dernier, quand d’autres comme Porsche ou Land Rover sont parvenus à égaler quasiment leurs performances de l’année précédente. Si l’on s’en tient au cumul des ventes, 128 023 véhicules particuliers ont été écoulés à fin novembre contre 140 985 à la même période en 2018, soit une régression de -10%. Toutefois, dans ce contexte morose et toujours au cumul, le bilan demeure flatteur pour certains. C’est le cas notamment de Citroën, de Kia, d’Opel, de Peugeot, de Suzuki ou de Skoda, qui maintiennent leur trend haussier. 

Le VUL en force

Tout semble aller pour le mieux en ce qui concerne le secteur des utilitaires légers, qui a totalisé pour ce seul mois de novembre une croissance estimée à 30% . Au cumul, la tendance est positive puisque ce segment frise les 25% de croissance. Dans le détail, Renault domine ce segment des VUL (2.428 unités vendues depuis janvier), suivi de Ford (avec 2.326 unités vendues). C’est DFSK qui s’adjuge la troisième marche du podium (1.594 unités), suivi de peu par Mitsubishi (1.592 véhicules vendus). De quoi permettre au Groupe Auto Hall avec l’ensemble de ses marques (Ford, DFSK, Mitsubishi) de rayonner dans le segment de plus en plus prisé par les professionnels des VUL.

Faut-il souligner que Renault et Dacia peuvent se prévaloir également de bonnes performances conjointes sur ce segment. Ce dernier devrait clôturer son exercice commercial 2019 dans le vert. Reste à savoir ce que nous réserve en cette fin d’année le secteur automobile dans son ensemble.

 
Article précédent

Habitat : les Marocains préfèrent les grands pôles

Article suivant

Un levier de croissance sous utilisé