Interview

Gopalakrishnan Jayakrishnan, directeur des marchés pour la région Moyen-Orient et Afrique chez Enterprise Singapore : « Le marché marocain intéresse fortement les investisseurs singapouriens »

Le Singapour renforce ses positions sur le continent africain. Enterprise Singapore, la structure chargée, entre autres, d’accompagner l’internationalisation des entreprises singapouriennes, se mobilise pour leur faciliter l’accès aux marchés africains. Gopalakrishnan Jayakrishnan, directeur des marchés pour la région Moyen-Orient et Afrique chez Enterprise Singapore revient sur les intérêts du Singapour au Maroc et les opportunités à saisir par les entreprises singapouriennes. 


Challenge : Votre institution « Enterprise Singapore » a récemment ouvert un bureau au Kenya pour faciliter l’entrée des investisseurs singapouriens en Afrique de l’Est. Pourquoi le Singapour s’intéresse autant maintenant à l’Afrique, des années après la Chine ou encore l’Inde ?

Gopalakrishnan Jayakrishnan : «Enterprise Singapore », l’institution qui accompagne l’internationalisation des entreprises singapouriennes, a commencé ses activités en Afrique depuis 2010. Aujourd’hui, nous disposons au total de 3 centres sur le continent. En plus de celui que nous avons récemment ouvert au Kenya, deux autres centres, notamment au Ghana et en Afrique du Sud ont été déjà ouverts depuis 2013. Et nous gérons nos intérêts en Afrique du Nord via notre centre qui est à Dubaï. L’Afrique est un grand continent constitué de plusieurs marchés ayant chacun leurs propres spécificités. Afin de saisir les opportunités qui s’offrent, nous avons besoin d’être sur le terrain pour mieux nous focaliser sur les choses. Ces trois centres que nous avons ouverts ont une importance primordiale dans ce sens, dans la mesure où nous devons tisser des liens avec les gouvernements et les partenaires locaux du secteur privé. Ces centres nous permettent aussi de collecter des informations précieuses visant à faciliter l’entrée sur le marché africain pour les entreprises singapouriennes. A date d’aujourd’hui, plus de 60 entreprises et groupes singapouriens opèrent en Afrique et ce, dans de nombreux pays du continent vu que les opportunités sont immenses. L’urbanisation rapide, la montée en puissance de la classe moyenne africaine et ce que cela engendre en termes de consommation, la croissance rapide de l’économie numérique et l’usage de plus en plus accru de l’internet… sont autant d’opportunités pour les entreprises singapouriennes qui pourront, grâce à leur expérience et leur expertise, contribuer au développement des secteurs clés tels que les infrastructures, le digital, la logistique, etc. Hormis les entreprises privées, le Singapour a une coopération très solide avec le continent africain. Les échanges commerciaux entre les deux parties se sont élevés à 9,78 milliards de dollars en 2017. De même, les IDE singapouriens en Afrique en 2016 ont atteint, 25,2 milliards de dollars, plaçant ainsi Singapour, au septième rang des pays qui investissent en Afrique.

Challenge : Quelles sont les opportunités que vous avez déjà identifiées en Afrique du Nord et plus particulièrement au Maroc ?

Il y a, aujourd’hui, plusieurs entreprises et groupes du Singapour qui ont exprimé leur intérêt à étendre leur business en Afrique du Nord et aussi en Afrique de l’Ouest. Les secteurs clés qui les intéressent sont notamment les hydrocarbures, l’hôtellerie, l’agriculture, les infrastructures et le secteur des biens de grande consommation. Je rappelle que l’un des plus importants investissements singapouriens ces dernières années au Maroc reste l’acquisition de Cosumar par le groupe Wilmar. Dans l’hôtellerie, le groupe Banyan Tree est présent à Marrakech et à Tanger. Dans le secteur de la mode, le groupe Charles & Keith, spécialisé en chaussures et accessoires pour femme, est présent au Maroc et dispose déjà de quatre boutiques à travers le Royaume. Le marché marocain intéresse fortement les investisseurs singapouriens. De même, le Maroc veut réussir son mix énergétique avec des initiatives telles que le Gas-to-power et les programmes d’énergies renouvelables lancés en vue d’atteindre 42% d’énergies propres d’ici 2020. Tous ces projets intéressent fortement les investisseurs singapouriens. Il y a une synergie indéniable entre le Maroc et Singapour et nous sommes confiants sur le fait que notre partenariat constitue un vivier d’opportunités et d’emplois pour la jeunesse marocaine et de transfert de savoir-faire aussi.

Challenge : Quels sont les points forts des entreprises singapouriennes en comparaison à leurs consœurs de la Chine ou d’autres pays asiatiques ?

Je pense que le développement économique et social spectaculaire qu’a connu Singapour ces dernières décennies est une preuve de notre force et de nos capacités. Nous estimons aujourd’hui que nous sommes capables de partager notre expérience, l’expertise et le savoir-faire de nos entreprises. 

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

emlyon business school investit dans un nouveau campus

Article suivant

Le ministère de l’Économie lance une plateforme des délais de paiement