Auto

Le marché toujours au ralenti


Pour le sixième mois consécutif, les ventes de voitures neuves sont toujours en recul . La baisse des immatriculations est de l’ordre de 6,31%. 

U

ne régression estimée à 6,31 % à fin octobre, le nombre d’immatriculation de voitures neuves poursuit inexorablement sa lente décroissance depuis mai dernier. En attestent les dernières statistiques relatives aux ventes et parts de marché automobile communiquées par  l’Association des Importateurs de Véhicules Automobiles Montés (Aivam). Dans le détail, 100.581 voitures neuves particulières (VP) et utilitaires légers (VUL) ont été écoulées à fin octobre 2013 contre 107.352 unités à la même période en 2012. C’est toujours le segment des VP qui est en perte de vitesse avec un ralentissement de 7,50%. Attentisme de la clientèle qui espère profiter des promotions de fin d’année pour acheter un véhicule neuf, contexte économique difficile n’incitant pas les ménages à franchir le pas… les raisons pouvant expliquer les ventes en demi-teinte ne manquent pas malgré justement une offre diversifiée et des tarifs toujours aussi compétitifs. Toujours est-il que certains opérateurs tirent favorablement leur épingle du jeu comme Dacia qui renforce son leadership avec 24,83% de parts de marché VP/VUL. Renault préserve sa seconde place sur le podium des ventes, disposant ainsi d’une part de marché cumulée VP/VUL de 14,31%. Ford (Scama- Groupe Auto Hall) s’adjuge la troisième marche du podium avec au cumul 8.694 unités écoulées, soit une progression de 5,79% par rapport à 2012. C’est Hyundai (Global Engines) qui se positionne en quatrième position à quelques encablures de Ford avec 8.409 unités écoulées depuis le début de l’année (en évolution de 13,96% par rapport à 2012). Bonnes performances de Mitsubishi (Diamond Motors-Groupe Auto Hall) qui domine le segment des utilitaires légers. Au cumul, l’importateur de la marque japonaise affiche une progression de 18,78%.   

 
Article précédent

Un décret libérateur sous le coude

Article suivant

Crédit Agricole du Maroc soutient le secteur oasien