Interview

«Le Maroc a montré qu’il avait les capacités pour faire face au Coronavirus»

Calme, sérénité, vigilance et espoir résument cette attitude de la République Populaire de Chine dans son combat contre l’épidémie déclenchée par le nouveau Coronavirus. Tel est le message principal de S.E.M. Li Li, Ambassadeur de Chine à Rabat, dans l’interview accordée exclusivement à Challenge.


Challenge : Avec vous, nous allons évoquer le coronavirus dans votre pays et ses conséquences en Chine, au Maroc et dans le monde. Quels sont les derniers chiffres dont vous disposez ?

S.E.M. Li Li : Sous la supervision et la conduite en personne du Président XI Jinping, le gouvernement et le peuple en Chine se lancent entièrement dans la lutte contre l’épidémie du Covid-19. La Chine a déployé les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus drastiques. A l’heure actuelle, la situation sanitaire en Chine poursuit sa tendance à l’amélioration et la reprise du travail et de la production s’accélère. 

La journée d’hier, 1.356 personnes contaminées par le nouveau coronavirus en Chine ont guéri. Sur les 81003 cas infectés en Chine, depuis le début de l’épidémie, nous en avons guéri 64.224 et enregistré au total 3.181 décès. Il nous reste 14885 patients hospitalisés. Partout dans le pays, les cas nouveaux diminuent remarquablement  avec seulement 11 nouveaux cas hier, dans tout le pays. Le dernier des 14 hôpitaux de campagne a été fermé mardi dernier. Autre bonne nouvelle : les restrictions de mouvement dans la province de Wuhan ont été levées progressivement.  

Le Président Xi Jinping a effectué mardi dernier sa première visite à Wuhan d’où est parti le Covid-19 en Chine. Quel message faut-il retenir de cette visite ? 

Quand le Président Xi Jinping a décidé de construire plusieurs hôpitaux de campagne en une dizaine de jours et de placer en quarantaine la ville de Wuhan de manière à mieux contrôler l’épidémie en Chine et de diminuer les risques de propagation nationale et mondiale, il a envoyé un message fort aux Chinois et à la communauté internationale : la Chine vaincra l’épidémie coûte que coûte, pour la sécurité de la Chine et du monde entier. Cette semaine, le Président XI Jinping a fait une visite à Wuhan, envoyant un signal de confiance totale de la Chine dans sa victoire contre l’épidémie. En effet, la propagation du coronavirus est pratiquement jugulée après plus de six semaines de travail acharné des personnels médicaux, des forces de l’ordre, des fonctionnaires, des centaines de milliers de volontaires dans toute la province. Les 9 millions d’habitants de Wuhan ont fait d’immenses sacrifices. Ils sont tous des héros et méritent notre respect et notre admiration les plus profonds. Bien évidemment, nous sommes toujours à un stade si crucial que personne ne doit se relâcher un seul instant, car nous ne sommes pas venus au bout de l’épidémie. La vigilance est donc toujours nécessaire.

Si en Chine, on assiste à la chute spectaculaire des contaminations, dans le monde, le nombre de cas augmente jusqu’à pousser l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à qualifier l’épidémie de pandémie. Quel rôle la Chine pourrait-elle jouer pour aider les autres pays à faire face ?

Je pense que la coopération internationale est indispensable dans la lutte contre l’épidémie du COVID-19. Dès le départ, la Chine a bénéficié du soutien de l’OMS et de la communauté internationale dans sa recherche de l’agent pathogène. Par la suite, les dirigeants de plus de 170 pays et les responsables de plus de 40 organisations internationales et régionales ont exprimé leur sympathie et leur soutien à la Chine. En retour, et suite aux demandes des gouvernements iranien et italien, la Chine a envoyé deux groupes d’experts et des fournitures médicales respectivement en Italie et en Iran. Par ailleurs, la Chine a décidé de faire un don de 20 millions de dollars dédiés à la lutte contre l’épidémie du COVID-19 à l’OMS. La Chine reste fidèle à l’idée d’une communauté de destin pour toute l’humanité et de soutien réciproque pour vaincre totalement l’épidémie.

Aujourd’hui, l’épidémie se propage dans beaucoup de pays et l’importance du renforcement de la coopération internationale en termes de prévention et de contrôle de l’épidémie, est plus que jamais urgente. La Chine a accumulé de riches expériences dans les soins des patients et la gestion de la crise sanitaire et nous sommes prêts à partager nos expériences avec le reste du monde dans un esprit ouvert et responsable tout en respectant les différents pays dans leur choix quant au mode de lutte contre l’épidémie. Par exemple, les Chinois ont prouvé que la mise en quarantaine des personnes ou des villes est un moyen efficace. Certains pays l’ont également pratiqué. Les experts chinois estiment que les masques sont utiles pour se protéger et protéger les autres alors que des pays ne partagent pas cet avis. Chacun a son opinion et chaque pays a recours à ses propres moyens pour combattre le COVID-19 et la Chine respecte la spécificité des actions.

Au Maroc, depuis l’apparition de l’épidémie, quelques cas ont été enregistrés dans le Royaume. Parallèlement, le Royaume a pris plusieurs mesures  pour faire face à la crise du coronavirus. Quel est votre sentiment? Pensez-vous que le Maroc pourra éviter le grand nombre… ?

De ce qu’on a vu jusqu’à présent, le Maroc a montré qu’il avait les capacités humaines et techniques nécessaires pour faire face au coronavirus. Pourtant, le niveau de risque reste élevé face à une connaissance incomplète du virus, à la longue période d’incubation et à la fréquence des voyages intercontinentaux. Le Maroc doit s’y préparer. 

Dès l’apparition de l’épidémie, le Maroc a acheminé vers la Chine par un vol spécial de la RAM le don de masques de protection médicale, fait par des ressortissants chinois au Maroc. Nous en sommes très reconnaissants. La Chine prend en compte les défis auxquels les pays en voie de développement dont le Maroc, font face dans la prévention et le contrôle de l’épidémie du COVID-19. Bien que la lutte de la Chine contre l’épidémie se poursuit et que la Chine manque encore de ressources médicales, et si le Maroc en a besoin, nous allons fournir au Maroc, dans la mesure de nos capacités, des kits de détection d’acide nucléique par exemple. En même temps, avec le redémarrage des activités de production et de transport, la livraison des marchandises vers le marché marocain sera vite rétablie et la crainte d’une éventuelle rupture de la chaîne d’approvisionnement sera dissipée. Je salue la grande solidarité et la compréhension dont les opérateurs économiques marocains ont su faire preuve. 

Entre rumeurs, diffusion de fausses infos, croyance à des recettes de charlatans, aux raisonnements irrationnels…les gens sont un peu perdus face à tout cela… Quelle est la meilleure attitude dans ce genre de situation ?

Il ne faut pas se fier aux rumeurs ni aux fausses informations. Il n’y a pas de remède magique, il faut consulter le médecin en cas de doute. L’Ambassade de Chine apprécie beaucoup les efforts du Gouvernement Marocain dans la lutte contre les rumeurs et l’identification des auteurs de fausses nouvelles. La Chine a publié plusieurs éditions mises à jour des directives techniques sur la prévention et le contrôle de l’épidémie ainsi que sur le diagnostic et le traitement, basées sur nos propres expériences et elles sont consultables en ligne pour tous les Chinois. Nous les avons aussi traduites en plusieurs langues dont l’arabe et le français. Je pense que ces expériences pourraient être utiles aussi au Maroc. Face aux rumeurs et aux craintes, la meilleure arme est la solidarité.

Dans certains pays, on commençait à voir une certaine xénophobie à l’encontre d’asiatiques. Le sentez-vous au Maroc?

Depuis le début de la crise du coronavirus, le gouvernement et le peuple marocains ont exprimé leur sympathie et leur soutien à la lutte chinoise contre l’épidémie. La Chine renouvelle à cette occasion ses remerciements au gouvernement et au peuple marocains et l’Ambassade de Chine se félicite de l’image de la sécurité et de l’hospitalité que des touristes chinois ont gardé du Maroc. 

Récemment, des ressortissants chinois au Maroc ont informé l’Ambassade de l’apparition de propos injurieux et discriminatoires à leur encontre. La partie chinoise est toujours d’avis que ces propos découlent de la méconnaissance de la réalité de l’épidémie du COVID-19 et non de la malveillance. J’insiste aussi qu’en aucun cas, nous ne devons reprocher à aucun pays ni région d’être l’auteur ou l’origine de l’épidémie. Nous comprenons l’inquiétude, voire la crainte des Marocains mais la compréhension et le soutien mutuels restent la meilleure manière pour faire face à l’épidémie. 

On parle beaucoup d’une disparition du virus avec l’arrivée du printemps, en pensant à une saisonnalité possible du virus… la chaleur aurait-elle un rôle possible… un peu comme pour la grippe saisonnière habituelle ? Et qu’en est-il des recherches autour d’un vaccin ?

Comme je ne suis pas médecin, je ne suis pas bien placé pour expliquer quels seront les impacts de la chaleur sur la transmissibilité ou la pathogénicité du virus, mais des cas infectés ont été signalés dans des pays en région tropicale. Nous devons rester confiants quant à nos capacités de vaincre l’épidémie, mais des précautions doivent aussi être prises pour nous protéger au mieux. En ce qui concerne le vaccin, la Chine s’est engagée dans une course contre la montre pour accélérer le développement du vaccin et améliorer les solutions de diagnostic et de thérapie. Nous avons obtenu des résultats remarquables et nous effectuerons les premiers tests de vaccin sur l’être humain très prochainement, en suivant scrupuleusement les règles de sécurité.

 
Article précédent

Coronavirus : tout savoir sur les limitations de déplacement

Article suivant

Coronavirus : Les cliniques privées viennent en renfort avec leurs matériels