Étude

Le Maroc au deuxième rang de l’intégration africaine

Le Maroc confirme son statut de champion de l’intégration africaine.


En effet, une récente étude approfondie du Boston Consulting Group (BCG) sur le chemin parcouru par le continent noir en matière d’intégration économique depuis 2006 vient de classer notre pays au deuxième rang africain en matière de nombre d’entreprises africaines les plus actives en la matière. Aussi, le Maroc arrive à placer dix entreprises aussi bien publiques que privées sur un total de 75 entités africaines considérées comme « Pionnières de l’intégration en Afrique ».

Sans surprise, y figurent plusieurs poids lourds de l’économie marocaine dont quatre groupes financiers à savoir Attijariwafabank, Banque Centrale Populaire et BMCE Bank of Africa (lesquelles sont présentes cumulativement dans une trentaine de pays africains) et Saham Finance (qui a étendu sa toile sur 25 pays du continent), la RAM qui dessert, désormais, 33 villes africaines (en dehors du Maroc), Maroc Telecom qui couvre une dizaine de pays (principalement en Afrique de l’Ouest), l’OCP qui nourrit depuis peu de grandes velléités sur le continent (avec, entre autres, un méga projet en cours de construction en Éthiopie), OPTORG (la filiale de Al Mada la plus africanisée et qui distribue des biens d’équipement et du matériel de BTP), le leader marocain de l’immobilier, le groupe Addoha, et, enfin, l’opérateur monétique HPS, le plus petit représentant du Maroc dans ce classement qui a démarré l’aventure africaine depuis une vingtaine d’année et a ouvert la voie par la suite à plusieurs acteurs marocains du monde de l’IT (S2M, M2M, Paylogic, Involys…).

Avec 10 champions africains, le Maroc devance de loin tous les autres pays de l’Afrique du Nord (1 seul représentant pour l’Algérie, 2 pour la Tunisie et 4 pour l’Égypte) mais également les autres poids lourds de l’Afrique subsaharienne (tels le Nigeria et le Kenya qui ne comptent que 6 représentants chacun). Mais il reste, par ailleurs, loin derrière l’Afrique du Sud qui caracole en tête avec 32 entreprises. Toutefois, force est de reconnaître que le Maroc affiche un dynamisme hors pair et le rayonnement africain de ses entreprises est beaucoup plus galopant que celui de leurs homologues du pays des zoulous dont l’influence reste davantage limitée à l’Afrique australe et l’Afrique de l’Est.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Mohamed El Kettani, président du groupe Attijariwafa bank

Article suivant

[email protected] : 108 projets créés