Economie

Le Maroc aura bientôt son baromètre du consommateur

Le ministère du commerce et de l’industrie envisage la création d’un baromètre du consommateur, qui devrait voir le jour fin 2014. Une pierre deux coups, car un observatoire spécialement dédié au commerce et à la distribution sera également créé.


Un appel d’offre a été lancé ce mois : le ministère du commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies (MCINT) cherche un  prestataire pour concevoir ce nouvel outil. Ce dernier aura un délai de 15 mois pour l’élaboration du baromètre. D’après un entretien réalisé par nos confrères de « La Vie Eco » auprès d’un responsable du ministère, ce baromètre est défini comme  «un outil pour la caractérisation du comportement du consommateur et l’approche de ses attentes, en partant d’enquêtes mensuelles auprès des ménages».

Un baromètre du consommateur…

L’objectif est de jouer la transparence et de mettre en perspective les demandes des consommateurs ; étudier leurs habitudes et comportement d’achat permettra aux professionnels de la grande distribution de mieux répondre aux attentes des particuliers.  Les indicateurs qui seront mis en place devraient permettre d’analyser le profil du consommateur, notamment d’un point de vue socio-démographique, et le mode de gestion du budget familial. La structure du panier moyen, le choix des lieux des dépenses et les modes de locomotion seront également suivis.

Une fois l’outil conçu, une phase de tests débutera : celle-ci aura pour vocation de confronter différents choix méthodologiques, avec notamment le choix des échantillons, des critères, des thèmes etc. En effet, pour qu’une étude soit considérée comme un baromètre valable, il est essentiel que les conditions méthodologiques mises en œuvre soient adaptées aux objectifs initiaux de l’étude, et que la méthode adoptée soit scrupuleusement la même à chaque étude.

…et un observatoire marocain du commerce et de la distribution

Mais une étude du consommateur ne suffit pas. En effet, ce dernier est dépendant du contexte économique, et le comportement d’un consommateur doit s’inscrire dans une « moyenne », qui subit constamment l’influence du comportement économique du secteur. Pour se faire, un observatoire marocain du commerce et de la distribution va également être crée. Celui-ci aura deux missions : il devra permettre la production de données et d’analyses périodiques pour le suivi du comportement économique de la grande distribution. Seconde mission, la veille nationale et internationale fera aussi partie des missions de cet observatoire : comparer les concurrents locaux, mais également se référer à l’offre à l’internationale, permettrait au secteur de la grande distribution marocaine d’innover plus rapidement.

L’observatoire voit plus loin, et veut aussi cerner les attentes des consommateurs en termes de modernisation des commerces, et du développement des nouvelles formes de distribution. Le secteur de la grande distribution est en plein essor au Maroc, et doit profiter de cette croissance pour lier expansion à innovation. Pour rappel, Aswak Assalam ambitionne de porter à 27 le nombre de ses magasins, contre 12 aujourd’hui. De son côté, Label’Vie va ouvrir cette année cinq nouveaux magasins Atacadao, deux magasins Carrefour et un Carrefour Market. Et Marjane prévoit 6 nouvelles ouvertures au cours de l’année 2013.

Autant miser sur une croissance intelligente, qui prendra en compte les attentes des consommateurs, en termes de produits, services, et d’innovation. D’où l’importance de la veille internationale, car la grande distribution étrangère a beaucoup de projets dans les cartons. 

 
Article précédent

L’absurde

Article suivant

OCP Group mise davantage dans la formation