Auto

Le Maroc Classic en mode starter

Les préparatifs de la 20ème édition du Maroc Classic vont bon train. L’organisateur s’est attaché à peaufiner quelques détails afin que ce rallye automobile de véhicules historiques soit, une fois de plus, promis au succès.


Du vendredi 15 au samedi 23 mars prochain, une soixantaine d’équipages prendront le départ de la 20ème édition du Maroc Classic. Un rallye placé sous la Présidence  d’honneur de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid et comptant parmi les plus réputés de la saison internationale des rallyes de voitures historiques. Outre le  fait d’avoir à coeur de relever le challenge sportif que revêt ce rallye de régularité, l’ensemble des concurrents profiteront aussi de la beauté et de la diversité des  paysages du Royaume. Quelques nouveautés viennent émailler cette 20ème édition comme le départ qui s’effectuera,  non pas à Rabat comme le voulait la tradition depuis quelques années, mais à Casablanca, plus particulièrement dans l’enceinte du Morocco Mall.

Ainsi, les  concurrents se dirigeront vers Essaouira via Oualidia s’agissant de la première étape. Ils poursuivront durant une semaine leur périple plus au sud, passant  d’Essaouira à Ouarzazate en direction de Merzouga puis d’Erfoud avant de revenir progressivement vers Marrakech, terme  de ce rallye. «Lors de la dernière édition, j’avais un rôle de spectateur privilégié afin de détecter quelques failles du système», nous a précisé Jean-Noël Lanctuit l’organisateur  du Maroc Classic. Et de préciser : «nous en avons profité pour améliorer quelques points importants comme celui du chronométrage». Ainsi, le comité d’organisation a fait de nouveau appel à la société espagnole Blunik, spécialiste en la matière.

 De quoi espérer de belles joutes automobiles  à coup de millièmes de secondes entre l’ensemble des concurrents. Deux catégories très disputées Il va sans dire que l’ensemble des concurrents, outre le cadre idyllique dans  lequel ils évoluent, auront à coeur de faire parler le chronomètre et de remporter leurs catégories respectives. Il faut souligner  la participation marocaine qui s’avère importante puisque plus d’une douzaine d’équipages tenteront de faire parler la poudre. Dans le détail, on  recense la catégorie Prestige qui regroupe les propriétaires de belles GT modernes, le gros du plateau étant composé par la catégorie des voitures Anciennes (44  équipages inscrits contre 16 en Prestige).

 Il y a fort à parier que les époux End sur leur Lotus Elan souhaiteront rééditer leur belle performance. Il en sera de  même en catégorie Prestige pour les époux Alaoui et Galvan qui, c’est une première dans l’histoire du Maroc Classic, se sont adjugés ex-æquo la première  marche du podium l’année dernière. Plusieurs invités de marque ont été conviés comme Jean-Philippe Dayraut, quadruple vainqueur du Trophée Andros  (2009, 2010, 2011 et 2013), champion de France de Supertourisme en 2001, présent avec sa Mercedes 190. Il faut noter aussi la présence de Jean-Charles  Rédélé, fi ls de Jean Rédélé, le créateur de la célèbre Alpine berlinette.

Comme à l’accoutumée, et ce depuis 13 ans, le  Maroc Classic a ajouté un volet social à son aspect sportif en concluant un solide partenariat avec l’association l’Heure Joyeuse. Ainsi, l’ensemble des éditions a  permis à l’association de recueillir plus de 6 millions de DH, une collecte qui a favorisée la mise en place de multiples chantiers dans des domaines aussi divers que l’éducation, la santé, la formation et l’insertion. «Le Maroc Classic est à ce jour l’un de nos plus gros donateurs. Qu’ils en soient remerciés car leur contribution nous a permis, depuis, de lancer de multiples chantiers dans des domaines aussi variés que l’éducation, la santé, la formation et  l’insertion», nous a confié Leila Cherif, la présidente de l’Heure Joyeuse. Et de conclure : «des actions qui aideront toute personne à mieux vivre avec dignité». ■

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

L'anguille marocaine s'exporte en Asie et aux USA

Article suivant

L'importateur marocain des produits Findus embarrassé