Interview

«Le Maroc est en train de devenir le modèle logistique africain»

Le Salon des professionnels de la logistique, Logismed s’ouvre le 10 mai prochain et s’étalera sur trois jours. Ali Berrada, Président du salon Logismed revient sur les évolutions et les challenges du secteur, ainsi que sur les nouveautés de cette édition. propos recueillis Par Roland Amoussou


Challenge : Quelles sont les nouveautés de cette nouvelle édition du salon Logismed ?
Ali Berrada : Une première nouveauté vient déjà du choix du thème du salon Logismed 2016, qui place la PME-PMI au centre de toutes les préoccupations. Les temps forts qui vont marquer cette édition, sont répartis sur les trois jours du salon. Nous avons décidé de consacrer à chaque journée une thématique spécifique. La première journée est dédiée à la dimension internationale du salon, et va traiter de la logistique internationale. Il y aura aussi beaucoup de nouveaux exposants, et plusieurs conventions qui seront signées en marge de cette édition. Je cite par exemple, la convention qui sera signée entre l’Agence Marocaine pour le Développement de la Logistique (AMDL) et la CGEM. Lors de cette première journée, nous allons aussi parler du Maroc en tant que hub logistique régional, et de l’Afrique comme relais de croissance. La deuxième est axée sur la PME. Nous allons à ce niveau parler de l’externalisation logistique parce que nous considérons que c’est un levier puissant de compétitivité. Il s’agira aussi de parler de toutes les technologies et systèmes d’information à même d’améliorer la performance logistique de la PME. Et la dernière journée, nous l’avons appelée la journée des logisticiens, avec pour objectif d’attirer tous les acteurs de la filière pour débattre des bonnes pratiques, des mutations et des problématiques liées à la profession.

Pourquoi la PME marocaine a encore du mal à intégrer la logistique dans sa stratégie de développement, alors que c’est un levier de compétitivité ?
Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, il y a un manque de maturité logistique, et un manque de connaissance des possibilités de cette discipline. Il y a aussi le manque d’information sur les bonnes pratiques, et de compétence logistique. C’est d’ailleurs pour cela, que lors du salon, nous essayerons de dire aux chefs d’entreprises que la logistique peut les aider à consolider leur part de marché et leur compétitivité. Elle peut aussi améliorer leur rentabilité à travers des réductions de coût etc. Dans cette situation, chacun a sa part de responsabilité. Il est vrai que les prestataires logistiques sont beaucoup plus intéressés par les grands comptes, alors qu’il faut aussi travailler une offre qui soit tout à fait adaptée à la taille et aux activités de la PME. Et bien sûr, aller les voir pour leur présenter d’une façon concrète ce que la logistique peut leur apporter. Je reconnais qu’il y a un effort à faire à ce niveau. Il y a donc un effort à faire en matière de sensibilisation, d’accompagnement. Et aussi, la question reste fondamentale au niveau de la PME elle-même. Parce que le chef d’entreprise, lui-même, devrait aller à la recherche des gisements de gain de productivité et de rentabilité. Les patrons de PME savent que la logistique existe, mais ne l’appréhendent pas. Mais les choses changent peu à peu, puisque chaque année il y a de plus en plus d’entreprises qui s’intéressent à Logismed. La PME est importante, non seulement parce qu’elle constitue plus de 95% du tissu économique national et un relais de croissance pour l’économie marocaine, mais c’est aussi elle qui va rythmer l’évolution de la logistique au Maroc.

Comment peut-on, de façon concrète, changer la donne aujourd’hui pour que la PME marocaine puisse prendre conscience de l’importance de la logistique ?
Je pense qu’il faut beaucoup sensibiliser, à travers les séminaires, et autres rencontres. Par exemple, l’ADML va, pendant le salon, distribuer un guide pratique sur les étapes clés pour réussir l’externalisation. Il faut aussi que la PME recrute des logisticiens qui peuvent apporter leur savoir-faire en termes de gestion de stocks, de gestion d’entrepôts, d’approvisionnement etc.

Quel bilan faites-vous du secteur de la logistique au Maroc, après plus d’une décennie de développement ?
Les réalisations dans le secteur de la logistique depuis quelques années sont remarquables, en termes d’infrastructures, de prestations etc. Il y a vraiment une évolution considérable qui se traduit d’ailleurs par le classement du Maroc dans les différents classements des institutions internationales. Je considère que le Maroc en quelques années, a accompli un pas très important dans son développement en matière de logistique. Le Maroc est en train de devenir le modèle logistique africain. Mais cela ne veut pas dire qu’on a réussi, loin de là. Il y a encore énormément d’efforts à faire. Le chemin à parcourir est encore long. Et les perspectives pour l’avenir sont très bonnes et encourageantes.

 
Article précédent

Les call centers marocains dans la panade sur le marché français

Article suivant

Logismed 2016 : L'excellence logistique au service de la PME-PMI