Auto

Le Maroc fait son show à Moscou

Premier Salon international d’équipements et de pièces pour l’automobile, Automechanika dans sa version moscovite, a attiré du 26 au 29 août, l’intérêt des industriels avisés. Pour une première participation, les professionnels de l’automobile marocains y ont pris leur quartier presque naturellement…nouveaux séduits parmi les pionniers !


Pour sa 17e édition, le must des salons dédiés à la pièce et à l’équipement automobile a su convaincre. Plus de 15.000 visiteurs professionnels ont arpenté les 42.000 mètres carrés d’espace d’exposition du Salon «Automechanika Moscow 2013», de quoi satisfaire les quelque 1.000 sociétés exposantes issues de 34 pays. Pour l’occasion, Maroc Export, en partenariat avec l’Amica (Association marocaine pour l’industrie et le commerce automobile), a organisé  la première participation marocaine à cet événement, considéré comme la plus vaste exposition de l’industrie automobile en Russie et dans la CEI (Communauté des états indépendants). «Un choix qui rentre dans le cadre de la diversification des marchés cibles à l’export, fait en concertation avec les  professionnels du secteur via l’Amica», annonce Souhail El Ballaoui, conseiller senior à l’export à la Direction sectorielle de Maroc Export. Ajoutant que «cette participation au Salon Automechanika Moscow vient en complément au dispositif d’appui offert par Maroc Export pour le développement de l’industrie automobile au Maroc, à l’instar des participations, pour l’année en cours, au salon Equip Auto Alger, qui reste un marché très demandeur et à portée logistique immédiate, ainsi qu’au salon Equip Auto Paris qui a pour but de renforcer et consolider la part de marché  des équipementiers marocains sur le marché européen, notamment français». Du côté de l’Amica, pour Mohammed Mehi, ingénieur chargé de mission, «la participation à cette exposition est une expérience riche dans le sens de la prospection d’un nouveau marché à potentiel. L’objectif étant de nouer des relations avec des sociétés russes qui opèrent dans le domaine automobile, aussi bien les distributeurs que les équipementiers, de chercher des partenariats avec des associations automobiles locales et d’élaborer une base de données afin de les inviter aux événements organisés par l’Amica».

Un marché prometteur

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture du Salon Automechanika Moscow 2013, Timur Mikaya, Directeur du Département des transports et de l’automobile au sein du ministère de l’Industrie et du Commerce de la Fédération de Russie, a présenté le marché de l’automobile en expliquant la vision russe pour le secteur: «le marché automobile russe est en constante croissance. En 2011, la Russie est devenue le 2e  marché européen et le 6e  marché mondial. L’émergence du marché russe, alors que les autres marchés européens marquent le pas, attire non seulement les constructeurs, mais également les équipementiers et les distributeurs étrangers.

Si ce trend haussier est maintenu, une croissance importante est attendue à l’horizon 2020 sur toutes les catégories de véhicules, ce qui ferait du marché automobile russe le premier marché européen». Quant au recul attendu que devrait subir le marché automobile russe pour cette année, le responsable russe reste optimiste euphémisant cet impact par les aides d’Etat au secteur, notamment  l’aide au crédit automobile, qui devraient soutenir le marché d’ici à la fin de l’année, ouvrant la voie à de meilleures perspectives.

Parc en mutation

Le parc automobile russe, encore relativement vétuste, s’accroîtra de 42% vers 2015 pour s’établir à 48,4 millions d’unités. Il représente actuellement environ 36 millions de véhicules, dont la moitié sont en circulation depuis plus de 15 ans. Il est composé en grande partie de véhicules de marques russes, est en constante croissance mais également en profonde mutation. 
Sa croissance et son renouvellement, ainsi que l’évolution de sa structure au profit des véhicules de marques étrangères, entraînent des besoins toujours croissants dans le secteur de la  rechange et de la réparation. Les exposants marocains, cinq fabricants de la pièce automobile, qui ont pu entrer en contact avec les acteurs de l’industrie automobile et prendre connaissance d’une large gamme de produits de l’automobile, de l’équipement et de services, se disent bien positionnés pour pénétrer ce marché et répondre à sa demande. Un optimiste alimenté par l’attrait du marché russe qui tire la croissance mondiale et dont les besoins en matière de maintenance du parc automobile ne cessent de croître. D’autant plus qu’ils sont confrontés dans leurs ambitions par la récente entrée de la Russie au sein de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) qui confirme les intentions de ce pays de s’orienter vers des procédures à l’export simplifiées et des taxes à l’importation diminuées. Un facteur non négligeable pour favoriser ainsi les exportations marocaines vers la Russie, sans trop de chemin à faire !

Encadré

L’industrie automobile au Maroc sur la bonne voie!

 Le secteur automobile au Maroc est passé ces dernières années  à la vitesse supérieure, sous l’effet accélérateur de la stratégie industrielle conçue au profit du secteur. Depuis 2009, l’industrie automobile a créé 31.500 emplois et a généré un chiffre d’affaires à l’export additionnel excédant les 13.3 milliards de dirhams.

Une stratégie qui a œuvré à consolider son attractivité  à travers la mise en place d’une offre comprenant un cadre incitatif attractif autour des avantages que procure l’implantation en zone franche, un dispositif de développement en ressources humaines qualifiées, une disponibilité immobilière diversifiée et conforme aux meilleurs standards internationaux au sein de plateformes industrielles intégrées dédiées et des offres de financement adaptées aux besoins des investisseurs.  Résultat des courses, cette stratégie a attiré quelques uns des plus grands engagements en IDE (Investissements directs étrangers) au Maroc, à l’instar de l’implantation du complexe industriel d’assemblage Renault de 400.000 véhicules par an. Un projet de 1 milliard d’euros d’investissements et pourvoyeur de milliers d’emplois directs et indirects. Aujourd’hui, le secteur automobile s’est consolidé un positionnement de choix dans le tissu économique national et s’est imposé au fil du temps comme levier d’une nouvelle ère industrielle, honorant son statut de métier mondial du Maroc que lui a conféré par le Pacte national pour l’Émergence industrielle (PNEI), avec des taux de croissance annuels à deux chiffres en investissements et en exportations. A l’horizon 2015, le secteur devrait générer 12 milliards de dirhams de PIB additionnels et créera environ 70.000 nouveaux emplois.  

De notre envoyée spéciale à Moscou Badya Khalid

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

La Chine en passe de devenir numéro un du commerce en ligne

Article suivant

Les banques frileuses sur Fogarim