Agriculture

Le Maroc franchit la barre des 600 000 hectares équipés en goutte-à-goutte

Décidément, rien ne freine la montée en puissance au Maroc de l’irrigation localisée (dite goutte-à-goutte). Après avoir atteint, en avance d’une année, l’objectif 2020 du Plan Maroc Vert (PMV), le Maroc poursuit sa formidable lancée en la matière en dépassant, depuis peu, la barre de 600 000 hectares dont 40 000 hectares au niveau de la seule région Casablanca-Settat.


Quand on sait qu’en 2008, année de lancement de la feuille de route du PMV, le Maroc comptait à peine 160.000 hectares de surface micro-irriguée, cela représente un quadruplement en douze ans à peine. Avec une surface agricole utile qui avoisine les 9 millions d’hectares, le taux de micro-irrigation affiché, désormais, par le Maroc est près de 7%, ce qui est presque le double de la moyenne internationale.

Certes, notre pays est encore bien loin du champion mondial incontesté en la matière, en l’occurrence Israël, dont 75 % des espaces publics et des plantations agricoles sont micro-irrigués, mais il est aussi nettement en avance par rapport à un pays comme la France, première puissance agricole européenne, dont le taux d’irrigation global (toutes techniques d’irrigation confondues y compris l’aspersion) est à peine autour de 5%.

Lire aussi | France : voici les conditions d’entrée et de sortie depuis le Maroc

Il faut dire que la subvention mise en place par l’Etat marocain dans le sillage du PMV, a été un formidable catalyseur pour le boom de l’irrigation localisée avec la prise en charge de 100% des investissements pour les superficies inférieures à 5 hectares et 80% au-delà. Et malgré l’arrivée à échéance de ce programme il y a quelques mois, l’Etat l’a prorogé d’un an encore en attendant la mise en place des grandes lignes du nouveau mécanisme en la matière dans le cadre de la Stratégie Génération Green 2020-2030 (qui a pris le relai du PMV).

Lire aussi | Tanger Med assoit sa domination

Un mécanisme qui sera sans doute plus sélectif et moins généreux, selon des sources proches du dossier, mais qui devra toujours consacrer une enveloppe importante pour le maintien de l’effort de l’équipement en techniques d’irrigation économes en eau pour espérer atteindre, cette fois-ci, la barre du million d’hectares micro-irrigués à horizon 2027 conformément à l’objectif du Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et d’irrigation.

 
Article précédent

Tanger Med assoit sa domination

Article suivant

Coronavirus au Maroc : les cas d’infection en stagnation [Ministère]