Dossier

Le Maroc, nouvel eldorado des investisseurs tunisiens

 



La « révolution du Jasmin » qui pèse lourdement sur l’activité économique du pays en termes d’investissements locaux et de consommation, semble faire du Maroc une terre de prédilection pour les entreprises tunisiennes en quête de relais de croissance de proximité. Qui sont-ils ? Quels sont les secteurs qui les intéressent ? Aujourd’hui, qui sont ces Tunisiens qui font du business au Maroc ?

A découvrir dans ce dossier sur le business tunisien au Maroc

Le Maroc, nouvel eldorado des investisseurs tunisiens
Entre le Maroc et la Tunisie, il n’ y a pas que le commerce et les exportations.
Il y a aussi et de plus en plus, des Tunisiens qui investissent dans le Royaume, s’installent et font des affaires.
Les nouvelles ambitions du conseil d’affaires maroco-tunisien
Après plusieurs années de stagnation, le conseil d’affaires Maroco-Tunisien veut prendre les choses en main.
Interview avec Zakia Sekkat, présidente du conseil d’affaires maroco-tunisien
« L’intérêt pour le Maroc n’a fait qu’augmenter avec les difficultés que connaît la Tunisie »
Qui sont ces Tunisiens qui font du business au Maroc ?
Le Maroc a accueilli trois vagues d’investisseurs tunisiens : les pionniers, ceux de la décennie 2000-2010 et ceux de l’après révolution du Jasmin.
Trois success story à la tunisienne au Maroc
Cofi cab, Misfat et Land’Or, trois sociétés qui ont posé leurs valises dans le
Royaume à des périodes différentes. Leur dénominateur commun : elles ont d’abord commencé à exporter vers le Maroc avant de finir par s’y installer. Zoom sur ces trois entreprises qui ne regrettent pas leur aventure marocaine.
Interview avec Lassaad Ben Jemaa, Chef de la Représentation Commerciale Tunisienne à Casablanca
« Le prix du foncier est le premier frein qui bloque les investisseurs tunisiens »

Ce dossier est disponible dans le Challenge #418, en vente dès aujourd’hui chez votre marchand de journaux.
Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

#418

Article suivant

Edito: l'Etat stratège