AutoAutomobile

Le Maroc présent en force au Congrès Européen à Munich

Le Maroc poursuit son offensive pour attirer d’autres acteurs automobiles. A la tête d’une délégation de haut niveau au Congrès Européen de l’Automobile à Munich, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, a poursuivi sa quête d’investisseurs potentiels pour booster encore la capacité de production nationale de véhicules. PAR F.S.


Organiser et rencontrer en une seule journée une dizaine des plus grands acteurs du secteur automobile allemand, c’était le pari de la délégation marocaine de haut niveau au Congrès Européen de l’Automobile à Munich. Ce jour-là, le 8 juin, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique, Moulay Hafid Elalamy, accompagné du ministre délégué, Mamoun Bouhdoud, de «Monsieur Automobile» de l’Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI), Khalid Qalam ainsi que de Hakim Abdelmoumen Président de l’AMICA, a réussi cette délicate mission.
Des dirigeants de groupes aussi prestigieux que Volkswagen-Seat, Bosch Automotive, Brose, Hella, JTEKT, Webasto, Mahle, Eberspächer, etc. ont pu être approchés lors de rencontres B2B avec le ministre de l’Industrie. Il faut dire que l’événement méritait le déplacement. «L’Allemagne est le premier acteur mondial dans le secteur de l’équipement et de la construction automobile au niveau mondial. C’est un pays qui a été délaissé dans le passé, nous devons en faire une priorité si nous souhaitons réaliser nos objectifs d’intégration locale » indique Khalid Qalam. Et de rajouter : « Nous n’avons pas le choix, l’Allemagne est un passage obligé si nous souhaitons faire passer le secteur de l’équipement automobile au Maroc dans une autre dimension et permettre à notre pays de produire des composants technologiques à haute valeur ajoutée ».
Le Maroc, avec son équipement automobile qui est fortement concentré sur des composants requérant une part de main-d’œuvre importante comme le cablâge et coiffe de siège, avait une carte à jouer lors de ce déplacement en Allemagne. «Passé de 40% à 65% et au-delà d’intégration locale, nous oblige à nous concentrer sur des technologies capitalistiques dont les leaders mondiaux sont très souvent des entreprises allemandes, japonaises voire nord-américaines. C’est la raison principale de nos rencontres en Allemagne avec Messieurs les Ministres. Cette visite sera suivie de beaucoup d’autres », explique le «Monsieur Automobile» de l’AMDI.
Il faut dire que la tâche n’est pas facile et que cette mission était d’autant plus délicate que les acteurs allemands de l’automobile ont pratiquement toujours privilégié les pays à bas coûts de l’Est de l’Europe pour leurs approvisionnements. Selon Khalid Qalam, l’Allemagne a des liens historiques établis depuis des centenaires avec l’Europe de l’Est, une proximité géographique et culturelle. De plus, ce sont des pays à très fortes traditions industrielles. « Cela ne nous empêchera pas d’y croire. Le Maroc est un pays qui a des atouts qui ont été développés lors des B2B et représente une excellente alternative et source de diversification des approvisionnements pour les constructeurs et équipementiers allemands. Nous devrons apprendre à nous adresser à des cultures différentes de celles avec lesquelles nous avons l’habitude de traîter, et le succès futur du Maroc passe irrémédiablement par là», a-t-il tenu à préciser.
Pour rappel, la Conférence Européenne de l’Automobile organisée par «Automotive News», le premier média mondial de l’automobile B2B, est un événement très prisé, qui voit la participation de plusieurs centaines de décideurs et de dirigeants des plus grandes entreprises mondiales. Cette année, elle était organisée à Munich pour les 100 ans de la prestigieuse marque allemande BMW, Moulay Hafid Elalamy a eu les honneurs de la table du dîner de gala en présence du Président du Directoire de BMW, Harald Krueger ainsi que d’une brochette de hautes personnalités du secteur. « Nous avons décidé depuis le début de cette année de rendre plus visible «l’offre Maroc» auprès des investisseurs mondiaux. Le travail de Lobbyisme est essentiel si l’on veut réussir dans notre mission de vendre le Maroc comme destination automobile. Elle nécessite d’avoir un réseau à l’international dans ce secteur peu ouvert à l’extérieur», souligne Qalam, qui estime que la compétence et l’expérience à elles seules ne suffisent pas et qu’ il faut surtout avoir un carnet d’adresses à l’international si l’on veut atteindre les objectifs.
Avec son expérience de 25 ans en France, Belgique, Italie, Allemagne et Brésil en tant que Board Member au sein de grands groupes du secteur de l’équipement, cet expert sait bien ce qu’il dit.
A noter, que Moulay Hafid Elalamy et son équipe avaient déjà mené à Detroit une mission de ce type en janvier dernier. Les suites de cette visite ne se feront pas attendre, avec l’annonce prochaine de signatures de nombreux memorandum d’entente pour cet été.

 
Article précédent

Challenge 562

Article suivant

L’assurance sécheresse, un dispositif mature