Cinéma

Le Maroc privilégie la formation Sud-Sud grâce à la CARTI, à L’ISMAC et au CCM

Le Festival des Écoles de Cinéma et de l’Audiovisuel (FECAA) a démarré lundi 10 avril dans la soirée à Rabat et se prolongera jusqu’au samedi 15 avril 2017.


Plusieurs personnalités du monde du cinéma, de l’art et de la culture, venant de pays africains et du Maroc ont assisté à cette manifestation, dont l’ouverture a été déclarée le secrétaire général du ministère de la Communication, Mohamed Ghazali.
Elle regroupe de nombreux représentants des Écoles du cinéma d’Afrique venant du Mali, du Sénégal, du Burkina Faso et d’autres institutions cinématographiques continentales, au nombre de treize écoles répertoriées parmi les meilleures du continent.

Valorisation de la personnalité africaine
Mohamed Ghazali a mis en exergue l’importance de ces échanges pour les créateurs africains, conformément aux orientations de SM le Roi Mohammed VI et Son attachement à la valorisation de la personnalité africaine, dont l’apport certain s’implique dans le renforcement du patrimoine universel.
Il a par la suite rappelé les nombreuses actions engagées par la Confédération Africaine des Radios et Télévisions Indépendantes (CARTI) et le Centre Cinématographique Marocain (CCM) au profit de l’information en Afrique.

Dix bourses au profit des membres de la CARTI 
La CARTI, par le biais de son président Kamal Lahlou, a réitéré le secrétaire général, oeuvre à développer la formation au profit des médias africains et ce par l’octroi de dix bourses d’études, de longue durée, à l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel et du Cinéma (ISMAC).
Plusieurs programmes de stages de recyclage et de formation sont également prévus en collaboration entre le CCM, L’ISMAC et la CARTI.
Il est à signaler qu’un hommage a été rendu aux doyens du cinéma africain, Souheil Ben Barka (Maroc), Cheikh Oumar Cissoko (Mali) et Gaston Kaboré (Burkina Faso).

Souheil Ben Barka, doyen des cinéastes africains
L’assistance a salué l’apport de Souheil Ben Barka au cinéma africain, à travers « Amok» sur l’apartheid, « Noces de sang », « La guerre du pétrole n’aura pas lieu », etc.
Avec sa filmographie, Souheil Ben Barka « est la fierté de l’Afrique », comme l’a souligné Cheikh Oumar Cissoko, l’autre icône du septième art africain, récompensé à l’occasion tout autant que Souheil Ben Barka.
Lors de la fin de la cérémonie, animée par des troupes de chant, de danse et de musique africaines, la présentation du Jury du Festival des Écoles de Cinéma et de l’Audiovisuel a eu lieu. Il est présidé par Cheikh Oumar Cissoko (Mali) et composé de Moussa Touré (Sénégal), Laza (Madagascar), Cristina Andreu (Eapagne) et Alaa Eddine Al Jem (Maroc).
Verdict samedi 15 avril 2017 à l’occasion de la clôture du premier FECAA.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Toyota C-HR : l’heure de la reconquête

Article suivant

AccorHotels va gérer le Royal Palm de Marrakech