FOCUS

Le P.I.E. totalement en phase avec le Nouveau modèle de développement

Le Maroc implémentera, dans les prochains mois, son Nouveau modèle de développement. Présenté, il y a quelques semaines à S.M. le Roi Mohammed VI, le rapport de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement détaille les réformes à mettre en œuvre pour relancer le modèle de développement du Royaume. Il consacre d’ailleurs, une bonne partie aux changements à apporter dans le domaine de l’éducation, de la formation et de la formation professionnelle. Le Programme d’Innovation Entrepreneuriale (P.I.E.) s’inscrit d’ores et déjà dans cette nouvelle dynamique.


L’un des principaux objectifs du Nouveau Modèle de Développement (NMD) est de créer les conditions pour que le Maroc tire profit de l’ensemble de ses atouts en devenant une nation d’opportunités, d’entrepreneuriat et d’innovation. Et pour ce faire, la formation du capital humain occupe une place de choix dans les recommandations du rapport de la Commission Spéciale. La R&D et l’innovation sont également érigées au rang des priorités de développement du Royaume.

Afin de structurer les acteurs de l’économie sociale et faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs sociaux innovants, le Nouveau Modèle de Développement préconise de mettre en place des programmes d’accompagnement dédiés à l’entrepreneuriat social dans les territoires, à travers notamment des incubateurs spécialisés, de développer des centres de recherche et développement pour l’innovation sociale, en collaboration avec les établissements d’enseignement supérieur, destinés à élaborer et diffuser des pratiques innovantes productrices d’impact, et de créer un nouveau statut juridique adapté à l’entreprise sociale. Il est aussi question de valoriser le capital immatériel et promouvoir la recherche et l’innovation dans tous les secteurs (Économie, Enseignement supérieur, la Recherche…). Le NMD prône aussi la mise en place d’un cadre favorable pour promouvoir l’innovation au sein des entreprises et faire émerger des startups de dimension régionale et mondiale. Et, c’est justement l’ambition du P.I.E. 

Lire aussi | Covid-19. Nouvelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire

Dans son approche de construction et de déploiement, le P.I.E s’appuie sur les principes et les orientations du Nouveau Modèle de Développement, c’est-à-dire intégrer dès la phase de conception les différentes parties prenantes à savoir les stagiaires, les formateurs, les responsables pédagogiques et administratifs, investir dans la formation des formateurs pour qu’ils deviennent les garants des apprentissages à l’entrepreneuriat à travers un dispositif de montée en compétences qui s’appuie sur 4 dimensions : formation, coaching, expérimentation et change. L’approche du P.I.E vise aussi à développer tout le dispositif afin d’atteindre l’impact de changement de mindset, de structurer l’apprentissage à travers l’expérimentation, de faire la part belle aux idées créatives, et créer un creuset entre les aspirants entrepreneurs issus du P.I.E avec l’écosystème économique de la région. De même, la feuille de route de l’OFPPT est totalement en phase avec les nouvelles orientations. 

«Cette feuille de route, qui capitalise sur les acquis du secteur de la formation professionnelle, vise la mise à niveau de l’offre de formation et la restructuration des filières en fonction de leur pertinence sur le marché de l’emploi, ainsi que la modernisation des méthodes pédagogiques et l’amélioration de l’employabilité des jeunes à travers une série de programmes de formation et de requalification de courte durée», avait précisé Saaïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, lors de la présentation de ce chantier de grande envergure en 2019. Notons que l’objectif de cette feuille de route est également de créer une nouvelle génération de Centres de formation professionnelle, matérialisés par des Cités des métiers et des compétences, structures multisectorielles et multifonctionnelles, dont chaque région sera dotée.

Les Cités des métiers et des compétences, une révolution dans le secteur de la formation professionnelle 

Les Cités des métiers et des compétences sont des structures de nouvelle génération qui fonctionneront sur la base du principe de la mutualisation dans un esprit d’optimisation de l’utilisation des ressources communes disponibles, notamment en ce qui concerne les plateformes numériques, les centres de langues, les Career Centers, les bibliothèques et médiathèques, les internats et les terrains de sport. Notons que le programme des Cités des Métiers et des Compétences (CMC) vise à inaugurer une nouvelle génération d’établissements de formation professionnelle, favorisant l’employabilité des jeunes, la compétitivité des entreprises et la création de valeur au niveau des territoires. C’est un programme qui prévoit la réalisation de 12 Cités des Métiers et des Compétences qui seront des plateformes de formation professionnelle multisectorielles et accueilleront chaque année, un effectif de 34.000 stagiaires en formation. Le concept des CMC repose sur trois piliers fondamentaux, à savoir une offre de formation actualisée, des espaces pédagogiques modernes, et un capital humain valorisé. 

 
Article précédent

Covid-19. Nouvelle prolongation de l'état d'urgence sanitaire

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc. 1336 nouveaux cas, 538.589 au total, jeudi 8 juillet 2021 à 16 heures