PolitiquePolitique au Maroc

Le PAM réorganise ses rangs

Invité de l’émission Parlement des auditeurs sur MFM, Aziz Benazouz, du bureau politique du PAM s’est prêté au jeu des questions-réponses avec aisance. Après avoir décrypté le paysage politique marocain actuel, il a mis l’accent sur la réorganisation que vit actuellement le parti. PAR A.D.A.


 
«Le gouvernement attire l’opposition dans des débats, des accusations parfois dangereuses et des expressions déplacées dans certains  cas. Le gouvernement oriente le débat pour ne pas aborder sa gestion des affaires publiques  ». C’est en ces termes qu’Aziz Benazouz, membre du bureau politique du PAM et président du pôle organisation  a qualifié les débats qui ont parfois défrayé la chronique au sein et en dehors du Parlement au cours  de l’année écoulée. Invité de la dernière émission du « Parlement des auditeurs », le responsable du PAM a  essuyé un feu nourri de critiques de la part de Jamal Berraoui, directeur de la rédaction de Challenge. Ce dernier a notamment fustigé  le fait que le PAM qui voulait insuffler une nouvelle dynamique à la scène politique nationale soit tombé dans  le piège de la bipolarisation entre PJD d’une part et PAM d’autre part. M. Berraoui a même jugé que le PAM a  contribué à diminuer le rendement de l’opposition en adoptant cette attitude.

Peu de textes, beaucoup de verve

Une position rejetée par M.  Benazouz qui a estimé que c’est la faute au gouvernement qui ne produit pas assez de textes législatifs  qui peuvent fournir matière à débat. Il a en ce sens rappelé que sur 69 amende- ments introduits au Parlement  et 88 à la Chambre des conseillers, le gouvernement n’en a retenu que 4. 
«Si l’intérêt du pays l’exige,  c’est-à-dire si la stabilité institutionnelle de nos instances constitutionnelles est menacée, nous déposerons une motion de censure. Le Chef du gouvernement n’en finit pas de découdre avec les autres »,  a déclaré Aziz Benazouz lors de l’émission. Après ce premier volet consacré au Paysage politique marocain (PPM),  l’émission a été consacrée dans son second volet à l’organisation du parti du tracteur. D’emblée, Aziz  Benazouz a tenu à souligner que le PAM n’est pas né de la volonté d’une ou de plusieurs personnes, mais  d’élites et de courants. «Le Mouvement de tous les démocrates (ndlr: MTD) a consulté les partis pour la restructuration  du PPM. (…) Il a lancé un appel et cinq formations y ont répondu. Il est donc normal que le PAM soit traversé  de différents courants», a estimé Aziz Benazouz. Le responsable politique du PAM a toutefois reconnu que certains politiciens sont venus au PAM pour d’autres motifs que le projet du MTD. «Le congrès exceptionnel est  venu pour mettre de l’ordre dans tout cela», a martelé Aziz Benazouz.

Le PAM accède à la normalité

Devenant par là même «un parti normal», le PAM a fait  un effort pour encadrer ses membres. «Chaque weekend,  les dirigeants du bureau politique sont mobilisés pour se répartir sur les régions dans le cadre de la reconstruction  du PAM. L’héritage du PAM se renforce donc et s’élargit. (…) Il est normal qu’il y ait divergence entre  les composantes des élus de Casablanca pour le congrès régional et c’est un indice de dynamisme », a affirmé Aziz  Benazouz.

En ce sens, Le dirigeant du PAM a soutenu que le parti a fait des avancées sur le plan idéologique  et sur le plan organisationnel et a fait preuve de détermination pour asseoir et respecter une démocratie  interne. Le congrès régional de Casablanca qui a été reporté de quelques semaines, sera d’ailleurs une étape importante  pour montrer le degré de respect de la démocratie interne. Concrètement, le PAM se donne deux mois pour organiser les branches régionales afin de restructurer l’Instance nationale des élus. La nouvelle organisation  du PAM se fera donc à l’échelle communale, locale, régionale et nationale. ■

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Bourse: l'objectif est de sortir de la morosité

Article suivant

Des grèves politiques