International

Le parti espagnol d’extrême droite Vox réclame la fermeture totale des frontières avec le Maroc

Vox, le parti espagnol d’extrême droite a de nouveau mis la question de l’immigration sur la table pour exiger la fermeture totale des frontières avec le Maroc, l’arrêt de l’octroi de cartes de résidence et le renvoi des mineurs. Principale raison avancée : des « menaces continues sur l’intégrité territoriale ».


Le parti espagnol d’extrême droite Vox à Sebta continue d’appeler à des mesures fermes contre le Maroc. La formation politique dirigée par Santiago Abascal a présenté une proposition non de loi (PNL) pour demander au gouvernement « une fermeture totale des frontières avec le Maroc », arguant des « menaces continues sur l’intégrité territoriale », rapporte « El Faro de Ceuta ». Selon ce média, c’est le député national de Vox-Sebta qui a signé cette PNL dans laquelle le gouvernement de Sanchez est tenu de déclarer « situation d’intérêt pour la sécurité nationale » l’invasion de Sebta et de dénoncer devant le reste des organisations internationales « l’agression » que l’Espagne subit de la part du Maroc. La formation appelle également au retour massif de tous les individus, « y compris les mineurs », qui « ont violé nos frontières et met en œuvre une fermeture totale » des frontières avec le Maroc.

Vox a également exigé que les permis de séjour ne soient plus accordés aux Marocains, considérant que « le Maroc a envoyé une armée de civils pour envahir Sebta et qu’il relève de la sécurité nationale de prendre de telles mesures ».

Lire aussi| Après une vaccination ou une infection, voici votre degré de protection face à la covid-19

Le parti d’extrême droite espagnole regrette que le gouvernement de Pedro Sanchez qui a vu tout ce qui s’est passé à Sebta, parle de « renforcer les clôtures des villes autonomes pour éviter les assauts ». « C’est la réponse qu’ils ont servi à une question de la députée nationale de Vox-Ceuta, Teresa López, sur la tentative d’entrée d’environ 150 immigrants par la zone de Finca Berrocal le 13 avril, martèle Vox. « L’exécutif social communiste, dans sa réponse datée du 24 mai, assure qu’à titre préventif contre d’éventuelles tentatives d’entrée irrégulière en Espagne, il a procédé à l’amélioration et à la modernisation des éléments de sécurité que les clôtures frontalières ont de Ceuta et Melilla », ajoute le parti d’opposition qui regrette encore que le fait que le gouvernement se contente d’affirmer qu’«  à titre d’appui et de renforcement, deux modules d’intervention rapide du Groupe de réserve et de sécurité ont été affectés, ainsi qu’une unité de commandement pour la sécurité des citoyens dans chacun des quartiers généraux de la Garde civile des villes autonomes ».

En dépit de ce dispositif sécuritaire XXL, auquel il faut ajouter le soutien permanent d’un hélicoptère des forces et organes de sécurité de l’État et de son équipage dans chaque ville, Vox reste catégorique :  ces ressources sont insuffisantes. C’est pourquoi la formation politique a déjà enregistré une proposition de loi visant à adopter des mesures urgentes « pour la défense de l’Espagne contre l’agression subie par le Maroc ». Et c’est que, « l’hostilité est maintenue aux frontières et l’ambassadeur en Espagne du pays voisin a de nouveau averti que le Maroc en prend note et agira en conséquence », a ajouté Vox.

Lire aussi| Covid-19 : un hybride des variants anglais et indien découvert au Vietnam

 
Article précédent

Gunter Pauli, promoteur de «l’Economie Bleue» et auteur du livre «Modèle Maroc» : «Il faut mobiliser et non immobiliser !»

Article suivant

Désinformation, propagande et infox en forte affluence : attention aux manipulations et aux tromperies [Par Mehdi Hijaouy]