Agriculture

Le Plan Maroc Vert : un autre objectif atteint avant 2020

Malgré les critiques, le Plan Maroc Vert poursuit ses performances. Cet été, il vient d’atteindre un autre objectif, celui du renforcement de l’irrigation localisée, une des trois composantes majeures de la stratégie « Irrigation ».


Si le Plan Maroc Vert (PMV) soulève de plus en plus de critiques, y compris du côté du ministère de l’Economie et des Finances dont la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) vient d’en épingler récemment les lacunes et insuffisances (notamment en matière de mobilisation et d’usage efficient des ressources hydriques), il n’en demeure pas moins que ce programme structurant pour le secteur primaire du Maroc est en train d’atteindre la majorité des objectifs que lui ont assigné ses concepteurs pour l’horizon 2020.

Aussi, après le dépassement dès 2016 de la barre du million d’hectares de superficie plantée en olivier (objectif faisant partie du pilier II du PMV, à savoir l’amélioration des revenus des petits agriculteurs et l’augmentation de la valeur ajoutée des produits agricoles à travers la reconversion des terres vers des cultures plus productives) et l’atteinte, dès fin 2018, de plusieurs autres objectifs au même horizon 2020 (production de céréales, arboricultures fruitières…), l’été 2019 vient marquer une autre réalisation de poids. Il s’agit du renforcement de l’irrigation localisée, une des trois composantes majeures de la stratégie « Irrigation » élaborée dans le cadre du PMV, aux-côtés de la promotion des partenariats Public-Privé et de l’extension des surfaces irriguées. 

Lire aussi : Aziz Akhannouch : « Le PMV a permis d’améliorer le revenu des agriculteurs de plus de 66% »

En effet, après une quasi-stagnation en 2018 (moins de dix mille hectares nouvellement équipés contre une moyenne annuelle de 40.000 hectares par an en moyenne entre 2008 et 2017), la superficie totale équipée en irrigation localisée (dite goutte-à-goutte) est repartie à la hausse depuis le début de l’année 2019 pour dépasser récemment la barre des 550.000 hectares, ce qui fut en 2018, année de lancement du PMV, l’objectif initial d’une telle stratégie pour 2020.

Il faut dire que le dispositif incitatif mis en place à cet effet a été des plus stimulant avec une prise en charge de la totalité des coûts de la micro-irrigation pour les exploitations de moins de 5 ha ou dans le cadre de l’agrégation. Ce qui a permis, au passage, à toute une filière, en l’occurrence celle de la distribution et fabrication des équipements d’irrigation, de connaitre une véritable période de prospérité (certains opérateurs ayant joué aux « vendeurs de pelles » ont tout simplement quintuplé leur taille grâce au PMV !).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Habitat : Un réalisme payant !

Article suivant

21 décembre 2004 : Programme de villes nouvelles