Sport

Le Raja grandeur nature

Etre à l’heure c’est un signe de qualité. Ne dit-on pas que l’exactitude est la politesse des Rois ? Le Raja, qui veut être le roi Lion de cette passionnante Botola pro que nous vivons en cet an de grâce 2013, n’aura pas raté son rendez-vous. On attendait de lui monts et merveilles, il aura comblé ses supporters et confondu ses adversaires en réussissant à tenir ses promesses de début de saison.


Après les 15 journées du championnat aller, voici le Raja installé en tête du classement et il passera la trêve du championnat (40 jours) au chaud en arborant le titre de champion d’automne. Titre tout à fait symbolique mais qui n’en signifie pas moins beaucoup de choses. D’abord que Fakhir et ses boys vont aborder les quinze matchs restants en confiance.

Un vieux renard
Enigmatique, justement M’Hammed Fakhir, l’enfant prodige de la maison rajaouie entend jouer le jeu à fond.
Enigmatique, il ne révèle jamais le fond de sa pensée. Si vous lui dites que le Raja est favori pour le titre de champion, il vous répondra aussitôt qu’il reste quinze matchs à jouer et qu’il y a d’autres équipes qui peuvent tout aussi bien gagner.
Et, matois plus que jamais, il ajoutera « Nous sommes dans une position difficile, car nous sommes l’équipe à battre et par conséquent chacun de nos matchs est une véritable bataille».
Bataille, le mot n’est pas employé au hasard. Le coach Fakhir dont l’un des surnoms est « le général » adore réfléchir à la tactique, à la stratégie. Il a assez bourlingué dans le football pour comprendre que si un match peut se gagner sur des détails, son rôle à lui est de contrôler tout l’environnement du club afin de mieux anticiper les aléas, et éviter autant que possible le grain de sable dans la mécanique et les bâtons dans les roues. Vieux renard des stades, Fakhir n’ignore pas qu’un math peut se perdre en un millième de seconde. Le jeu est si rapide qu’il est impossible de prétendre tout contrôler.
Et Fakhir de pester, encore et toujours « Le plus grave c’est que l’on joue parfois sur des champs de jeu bosselés, mal  entretenus, où le gazon jaunit et meurt avant même que d’exister. C’est déjà assez compliqué de préparer une équipe compétitive pour ne pas avoir à subir les terrains impraticables.

Un programme de «ouf»
Toutefois, la qualité première n’est-elle pas de s’adapter à tout et de savoir tirer profit même des inconvénients, fussent-ils majeurs ?
C’est ce que semble avoir réussi Fakhir et le Raja puisque, après les 15 journées du championnat « aller », ils affichent un impressionnant tableau de marche : une seule défaite pour neuf victoires et cinq matchs nuls. La contreperformance a été subie à Safi sur pénalty, sinon dans les quatorze autres matchs le Raja aura pris au moins un point.
Oubliée, la raclée subie face au prestigieux F.C Barcelone et son énorme 8 à 0, l’été dernier en match amical, car depuis, le Raja présente la meilleure attaque du championnat national avec 28 buts loin devant le Wydad et le FUS (20 buts marqués) et cela suffit au bonheur des supporters qui savourent cet instant et  regardent de haut leur éternel rival, le Wydad. Un Wydad qu’il a brillamment battu en demi-finale de la Coupe du Trône, compétition où il a aussi pris le meilleur sur les FAR pour remporter le trophée tant convoité.
Alors le Raja, trophée gagné, titre de champion d’Automne empoché s’apprête à aborder la seconde phase en redoublant de prudence. Fakhir s’interdit les déclarations tonitruantes et les manifestations triomphalistes.
Le plus dur reste à faire. Il lui faudra confirmer et jouer serré sur trois tableaux.
Outre le championnat, le Raja est engagé en Ligue des Champions et en Coupe arabe. Les matchs, les déplacements, les concentrations vont s’accumuler. Il faudra apprivoiser la fatigue et éviter les risques de blessures. Pas facile de gérer tout cela et  le « général » en passe déjà des nuits blanches. Il sait, mieux que quiconque, que la gloire est fragile et que c’est en été qu’il faudra être champion, sinon le retour de manivelle sera impitoyable, les laudateurs d’aujourd’hui seront les procureurs inflexibles de demain. Toutefois derrière toutes ces précautions, Fakhir cache une ambition secrète. Pour lui, la seule place du Raja, c’est celle de premier de la classe. Il veut conduire son club au titre 2013, un titre qui entrera dans l’Histoire, car ce sera le premier titre d’un championnat professionnel.
Et puis après, Fakhir espère mener le Raja sur les traces des meilleurs clubs d’Afrique pour conquérir le continent. Et pourquoi pas le monde, car en cette annnée 2013 le titre vous donne le droit et le privilège de participer directement au championnat du monde des clubs qui sera organisé au Maroc.
Ambition géante qui sied comme un gant à ce Raja grandeur nature qui, désormais, veut prendre son destin à pleines mains.

 
Article précédent

Istiqlal-PJD : déballage public

Article suivant

Les valeurs les plus intéressantes en 2013 : La relance passera par les dividendes