Finance Participative

Le secteur opère sa montée en puissance

2019 a été une année de montée en puissance pour le secteur de la finance participative. Selon les statistiques récemment rendues publiques par Bank Al-Maghrib, plusieurs indicateurs de performance du secteur sont au vert. Les détails.


C’est une montée en régime pour la finance participative en 2019. Près de deux ans après son lancement, le secteur semble avoir enclenché sa vitesse de croisière au vu des récentes statistiques dévoilées par Bank Al-Maghrib. On note ainsi que le nombre des agences jusqu’à fin septembre 2019 a atteint 128 contre 100 à fin décembre 2018, et les comptes à vue ont atteint 78,497 contre 56,918, soit une variation mensuelle de 2% et une variation annuelle de 58%. BAM indique aussi que les dépôts à vue des banques et fenêtres participatives sont passés de 1,546 milliard de DH à fin 2018 à 2,188 milliards de DH à fin septembre 2019, soit une variation mensuelle de 2% et une variation annuelle de 81%.

Lire aussi: Compagnies d’assurance Takaful : les détails du nouveau business model

Pour leur part, les dépôts d’investissement se sont situés à 163,3 millions de DH, soit une variation mensuelle de 47%. Soulignons aussi que l’encours des financements par Mourabaha des banques et fenêtres participatives a atteint 7,83 milliards de DH à fin septembre  contre 4,55 milliards de DH à fin 2018, soit une progression annuelle de 146%. Et Bank Al-Maghrib ajoute que cet encours englobe la Mourabaha immobilière avec un volume de 7,11 milliards de DH, la Mourabaha Automobile avec 689,01 millions de DH et les produits de la Mourabaha équipement qui ont totalisé 29,64 millions de DH.

Le rapport montre également que  l’encours des financements Mourabaha hors marges constatées d’avance (marge bénéficiaire globale fixée dans le contrat de vente par Mourabaha), est passé de 3,20 milliards de DH à fin 2018 à 5,58 milliards de DH à fin septembre 2019, soit une variation mensuelle de 6% et une croissance annuelle de 152%. Force est de préciser que cet encours englobe la Mourabaha immobilière avec un volume de 4,98 milliards de DH, la Mourabaha Automobile (575,04 millions de DH) et les produits de la Mourabaha équipement (26,10 millions de DH). Il faut également noter que l’exercice 2019 a été, entre autres, marqué par la signature de conventions et de protocoles d’accord entre la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et les banques participatives Al Akhdar Bank, Umnia Bank et Al Yousr Bank, dans la perspective de la mise en œuvre de l’obligation de télé-déclaration et de télépaiement des cotisations sociales.

Selon BAM aussi, les autorités se sont montrées disposées à accompagner le lancement des nouveaux produits de la finance participative et à assurer l’alignement de leur traitement fiscal sur celui des produits bancaires. D’ailleurs, le projet de loi de finances 2020 a prévu d’étendre l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) avec droit à déduction aux biens d’investissement acquis par voie de contrats « Mourabaha ». Il est également question, souligne la Banque centrale, de soumettre à la TVA au taux de 10% les opérations réalisées dans le cadre des contrats « Salam » et « Istisna’a » à l’instar des autres opérations de financement et de clarifier la base d’imposition de ces opérations en précisant que le taux de 10% s’applique sur le montant de la marge réalisée par la banque participative.

« De ce fait, le développement de la finance participative dépend de la diversification des produits et services offerts aux entreprises et aux particuliers. Une démarche progressive encore à faire pour ce segment de la finance qui connaît des performances prometteuses et une progression vertigineuse », conclut le rapport de Bank Al-Maghrib.

 
Article précédent

Afrique : Le Maroc toujours au Top 3 de l’attractivité

Article suivant

Les 12 travaux d'Hercule